Imprimer

Lundi 6 août vers 15 heures, Brigitte décide de profiter du soleil pour lire une revue à l'extérieur dans le jardin. Un relax pliable est installé sur la terrasse et, pensant qu'il était stable, elle se laissa aller sur ce dernier. Malheureusement  il n'était pas clipsé et sous le poids il se referma brutalement, Brigitte étant projetée en arrière, sa nuque heurtant vilolemment le béton avec un bruit mat. Littéralement assommée, elle s'est allongée le temps de reprendre ses esprits.

Le lendemain nous avons consulté le mèdecin qui a demandé une radio du coccyx ne jugeant pas utile de faire de même pour la tête suite à certains tests et questions posées. Il a prescrit des séances d'ostéopathie pour soulager le traumatisme subit, des anti-inflammatoires et des analgésiques contre la douleur.

Une semaine plus tard les maux de tête étant toujours plus violents, nous avons consulté notre ostéo qui a refusé de manipuler sans une radio + un IRM en accord avec le mèdecin car elle craignait que les cervicales n'aient été atteintes!

Jeudi 16 août, ni tenant plus, nous allons voir le mèdecin: exceptionnellement le cabinet était fermé ce jour là. Sa collègue nous reçoit entre deux portes et nous conseille d'aller aux urgences. Nous nous dirigeons donc aux urgences de la clinique Océane qui nous réoriente sur celles de l'hôpital Chubert.

Le mèdecin urgentiste nous conseille à son tour de retourner dès le lendemain consulter et demander un scanner. Toutes les portes de la mèdecine se fermaient.

Comme tous les jeudis soir, nous avons notre réunion de prière à Ploeren. A la fin de la réunion, nous avons à coeur de prier pour Brigitte en lui imposant les mains collectivement.

Elle reçoit comme une chaleur venant d'en haut ce que nous dirions en langage religieux "une visitation" et a su au plus profond d'elle même que l'Eternel avait agi.

Effectivement, dès le soir même, les douleurs avaient disparues et le lendemain ... plus rien!

Le surlendemain les douleurs réaparraissaient mais au même moment une soeur de Nantes, au courant de rien, nous appellait et, informée par nos soins de ce qui s'était passé, nous demandait de proclamer cette guérison à haute voix, pour bien marquer le terrain conquis. Chose faite, depuis plus rien, aucune douleur, mobilité retrouvée et avec une énergie nouvelle. 

Dieu est vivant et agit encore de nos jours. A Lui soit la gloire , Amen.