Marc 16 – 15
« Puis il leur dit: Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création »

Même si notre local ne présente pas toutes les garanties de confort, de sécurité, d’espace et de modernité, nous avons néanmoins un lieu de culte où il fait bon se retrouver pour partager dans tous les domaines, que se soit dans le temporel ou dans le spirituel.

Mais, – c’est la question qui fâche – est-il remplis à déborder ? Nous arrive-t-il de refuser du monde ?

Cette question peut être posée dans nombre d’assemblées de quelque dénomination que se soit.

Si tel n’est pas le cas, pourquoi ?

Comme dans un match de rugby, quand notre équipe perd, c’est toujours la faute à l’arbitre ! plus rarement à l’entraineur, voir à certains joueurs !

Dans nos assemblées, le pasteur est précisément l’arbitre, les anciens pouvant être assimilés aux coach, certains membres à certains joueurs !

Oui, cela ne peut venir que de l’arbitre !

Mais il s’agit là d’une mauvaise réponse face à un vrai problème. Et s’il s’agissait aussi et surtout, prioritairement, d’une mauvaise compréhension du rôle voulu par Christ pour son église ?

Le Seigneur voulait-il, veut-il une église attractive ou une église missionnaire ?

Une église qui attire un temps puis lentement se recroqueville sur soi, dans un confort premier si éloigné des pratiques de l’église primitive.

Au commencement il n’était point question d’attirer à soi les « grecs » mais de leur témoigner en allant à leur rencontre, l’amour de Christ pour eux.

Au commencement ils n’avaient ni bible – juste quelques lettres pastorales – ni bâtiments spécifiques – plein air, marches du temple, maisons – mais ils avaient un seul cœur et mettaient tout en commun pour l’avancement du royaume.

Et l’avancement du royaume ils l’annonçaient de deux manières :

Par la délivrance d’un message simple et révolutionnaire : Dieu aime sa

création et tous ont droit au salut en Jésus-Christ.

Par leur comportement missionnaire en allant au devant des autres et en leur témoignant leur amour cautionné par leur propre mode vie calqué sur le Seigneur.

Actes 17 – 6
« … Ces gens, qui ont bouleversé le monde, sont aussi venus ici »

Ils ont bouleversé le monde !

En fait la première église était missionnaire dans le sens où elle se faisait tout à tous, non point en se recroquevillant mais en s’ouvrant au monde.

Pauvre et démunie, avec peu de force et de moyens, de par son charisme, son dynamisme, son ouverture à l’autre, par l’exemple de l’amour prêché mais aussi vécu, partagé, elle a littéralement bouleversé le monde.

Est-ce à dire qu’il ne faut pas d’église attractive ? Bien sur que non !

Nous avons tous besoin d’un « chez soi » où se retrouver pour partager, se confier, s’encourager, se comprendre mais aussi savoir y être repris, remis sur les rails, encouragé, relevé !

Alors que faut-il comprendre ?

Tout simplement qu’une église qui n’est pas missionnaire est démissionnaire !

Tous ne sont pas évangélistes, tous ne sont pas pasteurs ou enseignants mais tous sont et doivent être missionnaires !

Et ta mission n’est pas au Congo ou ailleurs mais dans ta maison, dans ta famille, dans ton cercle amical et / ou professionnel, dans ton relationnel de tous les jours.

Tu ne dois plus être le gentil membre du dimanche matin qui vient écouter bien sagement la parole annoncée mais ce témoin fidèle de l’évangile qui ne craint pas précisément de l’annoncer !

Que disait Jésus ? « Le royaume de Dieu s’est approché de toi » et comment peut-il s’approcher si tu ne fais pas l’effort d’aller l’annoncer ?

Et si tu n’es plus ce missionnaire voulu, bâti, construit, armé par Dieu lui-même pour aller de l’avant, tourné vers l’extérieur, vers les autres – ce SDF, cette droguée mais aussi ce voisin, ce cousin, ce collègue, cet ami – si tu ne vas pas vers eux qui ira à ta place ?

Pour une seule âme Christ aurait donné sa vie !

Comme toujours regardons comment Paul nous présente la stratégie à mettre en œuvre pour porter du fruit et du fruit en abondance :

Colossiens 4 – 2 à 6
« Persévérez dans la prière, veillez-y avec actions de grâces. Priez en même temps pour nous, afin que Dieu nous ouvre une porte pour la parole, en sorte que je puisse annoncer le mystère de Christ, pour lequel je suis dans les chaînes, et le faire connaître comme je dois en parler.
Conduisez-vous avec sagesse envers ceux du dehors, et rachetez le temps.  Que votre parole soit toujours accompagnée de grâce, assaisonnée de sel, afin que vous sachiez comment il faut répondre à chacun. »

Que devons-nous comprendre ?

A la lecture de ce passage deux parties se détachent :

* Paul et ses compagnons ont besoin des prières des frères et sœurs pour accomplir leur mission d’évangélistes.

* Les membres de l’assemblée ont un devoir de sagesse et de témoignage vis-à-vis des non chrétiens.

En fait tout le monde n’est pas évangéliste car tout le monde n’a pas reçu cet appel mais tout chrétien se doit d’être un témoin vivant de l’évangile afin que le monde soit interpellé, intrigué dans le sens premier du terme, et de ce fait permettre à l’évangéliste d’accomplir l’œuvre à laquelle le Seigneur l’a appelé : l’annonce du Royaume de Dieu avec les signes et les miracles qui l’accompagne

1 Pierre 3 – 15 à 17
« Mais sanctifiez dans vos cœurs Christ le Seigneur, étant toujours prêts à vous défendre, avec douceur et respect, devant quiconque vous demande raison de l'espérance qui est en vous, et ayant une bonne conscience, afin que, là même où ils vous calomnient comme si vous étiez des malfaiteurs, ceux qui décrient votre bonne conduite en Christ soient couverts de confusion.  Car il vaut mieux souffrir, si telle est la volonté de Dieu, en faisant le bien qu'en faisant le mal. »

Etre témoin ne suffit pas : il faut que notre témoignage soit crédible, efficace et intrigant.

Et c’est là précisément que Dieu nous attend afin de modeler à sa façon notre être tout entier :

Ton caractère n’est pas facile ? viens à Jésus

Ton comportement n’est pas à la gloire de Dieu ? viens à Jésus

Ta timidité, ta maladresse, tes hésitations te bloquent ? viens à Jésus

Lui seul va t’équiper, te libérer et te donner, tel un ambassadeur, ses lettres de créance et tu seras alors son témoin, le messager de la bonne nouvelle.

Le Christ nous a-t-il sauvés pour aller à l’église ou pour aller dans le monde, pour être les gens du dedans ou ceux du dehors ?

Le monde dans lequel nous vivons est égoïste, individualiste, égocentriste, basé sur le profit, la loi du meilleur, la loi du plus fort où le faible, le pauvre, le laissé pour compte n’a plus sa place.

Le slogan de la nouvelle économie pourrait être « mort au faible »

Mais nous, devons nous aussi nous replier sur nous-mêmes, notre confort dominical ou aller de l’avant, témoignant encore et encore ?

Jean 20 – 21
« …  Comme le Père m'a envoyé, moi aussi je vous envoie. »

Et où nous envoie-t-il ? A l’église ? Oui pour y puiser des forces nouvelles, non pour nous en contenter.

Notre mission première : témoigner encore et encore ! A qui ? A tous ceux qui se perdent ! Et où les trouve-t-on ? Dans nos églises ou dans notre entourage, dans nos cercles religieux ou dans nos contacts extérieurs ?

C’est parce qu’un jour un frère a eu le courage de m’interpeller et de me témoigner que je suis venu à Dieu, j’en étais si loin !

Revenons aux premières communautés, à la vie de Jésus qui n’avait pas d’endroit où poser sa tête, leur église c’était la rue, la campagne, les marches du temple, tous lieux où la vie se manifeste.

La force et le rayonnement de leur témoignage au travers de leur comportement, de leur amour du prochain ont forcé le respect et l’admiration des païens.

Ecoutez ce qu’écrivait l’empereur romain Julien dit l’apostat dans sa lettre à Arsacius :

« Et ne considérons-nous pas que ce qui a propagé surtout une religion impie, c'est l'humanité envers les étrangers, les soins rendus aux morts, la sainteté apparente de la vie ?

Je crois qu'il faut que nous mettions réellement en pratique chacune de ces vertus. Et ce n'est pas assez que tu sois seul irréprochable; tous les prêtres de la Galatie doivent l'être comme toi.

Ensuite ne permets à aucun prêtre de fréquenter le théâtre, de boire dans une taverne, d'exercer un art, un métier honteux et bas. Ceux qui obéissent, honore-les; ceux qui désobéissent, chasse-les. Établis dans chaque ville de nombreux hospices, afin que les étrangers y jouissent de notre humanité, et non seulement ceux de notre religion, mais tous ceux qui auront besoin de secours.

Il serait honteux, quand les Juifs n'ont pas un mendiant, quand les impies Galiléens nourrissent tout ensemble et les leurs et le nôtres, que les nôtres fussent dépourvus des secours que nous leur devons.

Ne laissons donc pas à d'autres le zèle du bien; rougissons de notre indifférence, et marchons les premiers dans la voie de la piété. »

L’évangile vécu au quotidien interpelle de manière insoupçonnée !

Oui, la pratique de l’évangile au quotidien, le témoignage fort des premières communautés et les œuvres caritatives qui en ont découlé – accueil des plus démunis, orphelinats avant la lettre, soins aux malades etc.- ont forcé l’admiration jusqu'au plus haut du pouvoir politique, l’empereur en personne comme nous venons de le lire ci-avant.

L’église doit redevenir ce qu’elle aurait toujours dû être : un lieu de ressourcement, d’encouragement, de remise en question mais aussi de communion fraternelle réelle, efficace, transcendante qui nous ouvre un accés vers l’autre, celui du dehors.

Rendons l’évangile attractif par nos vies, par notre comportement, par notre disponibilité, notre désintéressement.

Notre changement dans nos mentalités, dans notre façon d’appréhender notre mission de témoin du Christ tourné vers l’extérieur entraînera forcement une interrogation des gens.

Et le terrain sera prêt pour recueillir la semence !

L’essentiel n’est pas d’emmener les gens à l’église mais que tu sois un témoin de l’amour de Dieu dans ta vie mais aussi dans celle de tes semblables.

Alors et alors seulement l’église deviendra leur port d’attache où, à leur tour, ils vogueront sur les eaux agités de ce monde qui se perd pour en sauver un reste par le témoignage de leur vie.

FacebookMySpaceTwitterGoogle BookmarksLinkedin