J’aurai pu tout aussi bien intituler ce message le fruit de nos pensées.

 

Qui ne s’est jamais fait de souci, ne s’est jamais interrogé, jamais angoissé sur un avenir incertain ?

 

Une rougeur ? sûrement un cancer ! On ne me dit rien sur mon rapport ? c’est qu’il est nul ! etc. Les exemples peuvent se décliner à l’infini.

 

Un reflexe, une attitude très largement répandue consiste à anticiper le pire.

 

« Cette attitude s’apparente à une tactique de l’esprit : à cajoler ce pire on se prémunit – croit-on à tort – d’être surpris par un coup qui arriverait par la gauche alors qu’on regardait par la droite.

 

Ajoutons qu’à brosser le tableau le plus noir, ce qui va nous arriver ne peut être qu’une bonne nouvelle sur l’échelle du malheur : si c’est le pire, je pense y être préparé, si non je serai soulagé » analyse la psychanalyste Sophie CADALEN.

 

Ce pire est souvent un arbre qui bouche l’horizon, un prétexte qui occupe la pensée.

 

Pendant que je m’inquiète sur tout et sur rien, sur quoi est-ce que j’oubli de m’interroger ? Qu’est-ce que ces pensées m’empêchent de voir ?

 

Si je me fais du souci sans cesse pour les enfants, n’est-ce pas que je suis trop investi dans leur vie et pas assez dans la mienne ?

 

Et pour le chrétien, celui qui connaît Dieu, qui s’appui sur Sa parole et s’y tient fermement, qui, comme nous disait Yves jeudi soir, ne pouvant définir, traduire dans sa langue le mot Foi – nous pensons à certaines tribus africaines – l’a traduit par le concept « s’appuyer contre, s’appuyer sur »

 

Il faut comprendre, réaliser que Dieu veut établir un contrat avec nous.

 

C’est le point de départ pour comprendre la manipulation Satanique.

 

Une des règles fortes pour adhérer à ce contrat réside dans l’humilité.

 

Que prévoit ce contrat ?

 

Il est à deux sens : Il se charge de nos fardeaux et en échange Il prend soin de nous.

 

Que signifie Il prend soin de nous si ce n’est « renoncez à porter vos soucis ! »

 

A quelle condition ?

 

S’humilier devant Lui, reconnaître notre orgueil, nos faiblesses, nos hésitations, nos fautes, notre hypocrisie, nos jugements, notre indifférence etc. bref se reconnaître pécheur et accepter Sa parole qui nous dit : « Sans Moi, vous ne pouvez rien faire ».

 

Que nous apprend 1 Pierre 5 versets 6 et 7

 

« Et vous, les uns à l'égard des autres, soyez revêtus d'humilité; car Dieu résiste aux orgueilleux, mais il donne la grâce aux humbles.

 

Humiliez-vous donc sous la puissante main de Dieu, afin qu'il vous élève quand le temps sera venu, rejetant sur lui tout votre souci, car il a soin de vous ».

 

Réfléchissons, si nous nous humilions devant Lui, c’est parce que nous croyons qu’Il est vivant donc ressuscité et qu’Il a la capacité de nous entendre, de nous comprendre et de prendre soin de nous.

 

Nous mettons donc notre Foi en Lui au dessus de nos raisonnements et pensées charnelles. L’inquiétude est donc à l’opposé de la Foi !

 

Et si nous mettons notre confiance en Lui, nous entrons dans son repos !

 

Voyez ce que nous dit l’épitre aux Hébreux 4 verset 3 version Martin

 

« Mais pour nous qui avons cru, nous entrerons dans le repos, suivant ce qui a été dit : c'est pourquoi j'ai juré en ma colère, si [jamais] ils entrent en mon repos; quoique ses ouvrages fussent déjà achevés dès la fondation du monde »

 

Entrer dans le repos est très différent de « se reposer ! »

 

Entrer dans le repos s’est se diriger, se déplacer vers un lieu, une destination prévue à cet effet. C’est être en mouvement !

 

En fait c’est demeurer sous la protection de Dieu et y puiser cette restauration de l’âme et du corps dont parle le psalmiste.

 

Psaume 91 verset 1 (version Darby)

 

« Celui qui habite dans la demeure secrète du Très-haut logera à l'ombre du Tout-puissant »

 

La version anglaise amplifiée traduit :

 

« Celui qui habite le lieu du Très-Haut demeure stable et ferme sous l’abri du Tout-Puissant ».

 

Ce lieu secret est notre position de repos en Lui où se trouvent paix et consolation.

 

Ce lieu secret est un lieu où l’on peut se cacher, un endroit privé, un refuge.

 

Satan est un ennemi vaincu mais il cherche par tous les moyens à nous empêcher d’en prendre connaissance.

 

Il sait qu’il peut faire obstacle à notre efficacité en tant que chrétien s’il parvient à nous persuader que nous ne sommes rien d’autre que le produit de notre passé, soumis au péché, prédisposé à l’échec et dominé par nos mauvaises habitudes.

 

Tant qu’il réussi à semer la confusion et à nous aveugler par des pensées mensongères, nous sommes incapables de voir que les chaînes qui nous tenaient captifs autrefois sont maintenant brisées.

 

Dès lors notre entrée dans ce lieu à la fois secret et dans l’intimité de Dieu constitue un rempart face à notre adversaire où il ne peut nous atteindre.

 

Nous avons constamment besoin du Seigneur et non de manière occasionnelle.

 

Jean 15 – 5 : «  Sans Moi vous ne pouvez rien faire »

 

Et sans la présence mais surtout l’amitié de Christ – une amitié cela se construit, s’entretien, se développe car c’est un bien si précieux – nous sommes bien vite la proie des attaques de l’ennemi.

 

Ses flèches les plus aigües atteignent toujours nos pensées, venant masquer la vérité et créer l’inquiétude, le doute et, au final, l’angoisse.

 

L’antidote c’est d’affirmer qu’à cause de la croix, Satan est un ennemi vaincu et n’a de ce fait aucune autorité sur ceux qui sont en Christ.

 

Pour combattre avec succès les tentatives de l’ennemi destinées à nous intimider, à nous troubler et nous amener au doute, la première des choses est d’affirmer la vérité de la victoire de Christ sur Satan et ses œuvres !.

 

La deuxième chose est d’affirmer que par la mort et la résurrection de Christ tout croyant est rendu à la vie avec Lui et qu’il est assis avec Lui dans les lieux célestes. Ephésiens 2 – 5 et 6.

 

Il apparaît clairement que notre délivrance a déjà été accomplie dans l’œuvre de Christ sur la croix et dans sa résurrection !

 

Alors la paix de Dieu qui surpasse toute chose nous enveloppera effaçant toute crainte, confusion et inquiétude.

 

Mathieu 6 – 27  (Bible Français courant).

 

«  Qui d’entre vous parvient à prolonger un peu la durée de sa vie par le souci qu’il se fait » ?

 

Ce que le monde en général et bien des chrétiens trop souvent ont oublié c’est que le monde spirituel affecte bel et bien le monde matériel.

 

De ce fait, la réponse réside dans la présence du Seigneur, dans son abri, loin des flèches enflammées du Malin.

 

Je voudrais vous dévoiler une des facettes, un plan d’attaque de l’ennemi :

 

Il tient à nous faire croire que des malheurs nous attendent, il veut nous garder humiliés à cause du passé, sans secours dans le présent et sans espoir pour l’avenir.

 

Son but est de nous charger d’un tel poids de souci et d’anxiété que nous négligerons notre relation avec Dieu et serons trop affectés pour accomplir le travail qu’Il avait prévu pour nous.

 

Alors mettez-vous à proclamer votre autorité en Christ, résistez lui et il fuira loin de vous comme dit la parole.

 

N’oubliez jamais que les paroles ont un pouvoir créatif dans le monde spirituel !

 

La croix que nous devons porter au quotidien n’est pas la nôtre mais celle de Jésus-Christ !

 

Pourquoi ? parce que par sa croix nous avons été pardonnés de ce que nous avons fait et délivré de ce que nous étions.

 

Ainsi se charger de sa croix au quotidien, c’est reconnaître chaque jour que nous appartenons au christ, un Christ vivant, ressuscité, tout puissant pour changer le cours de ma vie, tout puissant pour changer les temps et les circonstances dans ma vie, tout puissant en fait pour me changer et m’immerger dans le plan qu’Il a conçu de toute éternité pour moi :

 

Plan de Paix et non de Malheur afin de nous assurer un Avenir et de l’Espérance comme il est dit en Jérémie 29-11.

 

Et si nous réalisons cela, alors le verset 24 du psaume 118 (version Français courant) prendra tout son sens, devenant une réalité constructive :

 

Ce jour de fête est l’œuvre du Seigneur, crions notre joie, soyons dans l’allégresse.

 

Une vérité qu’il nous faut bien saisir : Dieu veut nous voir apprendre à vivre comme un peuple du présent, apprendre à vivre l’aujourd’hui de Dieu.

 

Que j’aime cette pensée du Dalaï Lama :

 

« A force de penser au futur, l’homme ne vit pas au présent et il ne vit donc ni le présent ni le futur.

 

Il vit comme s’il ne devait jamais mourir et il meurt comme s’il n’avait jamais vécu ».

 

Alors vous l’avez compris, notre responsabilité, sur la base de l’autorité que nous avons en Christ, est de résister à Satan … afin qu’Il fuit loin de nous !

 

En cherchant à trouver nous-mêmes toutes les solutions possibles à nos problèmes, nous élevons notre propre raisonnement au-dessus des pensées de Dieu et de ses Plans pour notre vie.

 

Nous plaçons nos voies au-dessus des Siennes.

 

J’ai lu récemment dans un livre chrétien cette phrase d’un prédicateur :

 

Si les autres peuvent vous aider, c’est que vous n’avez pas un vrai problème !

 

A-t-il tort ? A vous d’en juger !

 

J’en arrive à la conclusion de ce message, et je veux vous livrer un secret que vous ne répéterez pas :

 

Il nous arrive quelque fois de troubler notre esprit nous-mêmes !

 

Certains parmi nous – j’en fais parti – aiment tellement se faire du souci que, même quand le diable ne leur en donne aucune raison, ils creusent pour en trouver une ! »

 

Oui, dans le domaine spirituel, si vous ne croyez pas que vous avez l’autorité, vous ne l’exercerez pas. Et Satan en sortira vainqueur.

 

Quelques versets pour nous encourager :

 

Esaïe 26 – 3

 

« Tu garderas dans une paix parfaite l'esprit qui s'appuie sur toi, car il se confie en toi »

 

Mathieu 6 – 34

 

« Ne vous inquiétez donc pas du lendemain; car le lendemain aura soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine »

 

1 Pierre 5 -7

 

« Humiliez-vous donc sous la puissante main de Dieu, afin qu'il vous élève au temps convenable; et déchargez-vous sur lui de tous vos soucis, car lui-même prend soin de vous »

 

FacebookMySpaceTwitterGoogle BookmarksLinkedin