Galates 5-22  Le fruit de L’esprit est ; amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, fidélité, maîtrise de soie ;   (8)

La Tempérance  ; La Maitrise de Soi

La Tempérance, opposée aux excès, implique l'idée d'une Vertu dans le sens le plus absolu du terme, vertu qui impose une règle de retenue, de discrétion et de modération dans nos choix face à la convoitise.

Ce Fruit modère les passions, les désirs de notre être et conduit au self-control, prévenant de tout excès dans quelque genre de plaisir que ce soit.

L'usage courant de ce mot le réduit à l'abstinence de boissons alcoolisées ; est Tempérant celui qui ne boit pas d'alcool, celui qui sait éviter les excès de table ou de la chair.

C'est ainsi qu'est envisagé la Tempérance dans la pensée des gens.

Ce qui est en partie vrai au regard de l'Ecriture . 

Que nous dit la parole :

1 Corinthiens 6 : 12-13
12 «Tout m'est permis, mais tout n'est pas utile; tout m'est permis, mais je ne me laisserai asservir par quoi que ce soit.
13 Les aliments sont pour le ventre, et le ventre pour les aliments; et Dieu détruira l'un comme les autres. Mais le corps n'est pas pour l'inconduite. Il est pour le Seigneur, et le Seigneur pour le corps».

Je ne me laisserai asservir par quoi que ce soit ;

Galates 5 : 19 à 21
19 Or, les œuvres de la chair sont évidentes, c’est-à-dire inconduite, impureté, débauche,
20 idolâtrie magie, hostilités, discorde, jalousie, fureurs, rivalités, divisions, partis pris,
21 envie, ivrognerie, orgies et les choses semblables. Je vous préviens comme je l'ai déjà fait, que ceux qui se livrent à de telles pratiques n'hériteront pas du royaume de Dieu».

Romains 14 : 21
21 Il est bien de ne pas manger de viande, de ne pas boire de vin, et de s'abstenir de ce qui peut être pour ton frère une occasion d’achoppement (chute), de scandale ou de faiblesse.»

Il faut le comprendre dans le sens ou notre comportement notre façon de vivre pourrait par nos excès, nos débordements être un raison de chute pour ceux que l’on côtois.
La sobriété est une recommandation s'appliquant à plusieurs domaines de notre vie.

2 Timothée 4 : 5
5 "Mais toi, sois sobre en tout, supporte la souffrance, fais l'œuvre d'un évangéliste, remplis bien ton service».

1 Thessaloniciens 5 : 6-8
6 «Ne dormons donc pas comme les autres, mais veillons et soyons sobres.
7 Car ceux qui dorment, dorment la nuit, et ceux qui s'enivrent, s’enivrent la nuit.
8 Mais nous qui sommes du jour, soyons sobres : revêtons la cuirasse de la foi et de l’amour, ainsi que le casque de l’espérance du salut»

Ephésiens 6-13 à 16
13 «C'est pourquoi, affermissez votre pensée, soyez sobres, et ayez une parfaite espérance en la grâce qui vous sera apportée, lors de la révélation de Jésus-Christ
14 Comme des enfants obéissants, ne vous conformez pas aux désirs que vous aviez autrefois, quand vous étiez dans l'ignorance.
15 Mais, de même que celui qui vous a appelés est saint, vous aussi devenez saints dans toute votre conduite.
16 Puisqu’il est écrit : vous serez saints, car je suis saint».

Cependant, ce Fruit de l'Esprit ne se réduit pas seulement à ces quelques principes de vie.
La Maîtrise de soi, fruit de l'Esprit :
Le Fruit de la Tempérance / Maîtrise de soi, concerne notre volonté, c'est elle que la vie de l'Esprit en nous vient fortifier, la rendant capable de maîtriser tout le cours de notre vie.

Contrôler ses actes, ses paroles, mais aussi et surtout ses pensées, voilà où commence la Maîtrise de soi.

La Maîtrise de soi est comme la muraille d'une ville contre ses ennemis plus grand est celui qui défend une ville que celui qui la prend :

Proverbes 16 : 32
32 Celui qui est lent à la colère vaut mieux qu'un héros, Et celui qui se domine vaux mieux  que celui qui prend une villes.

Dans le mot Tempérance il y a le mot Force, c'est bien de la Force que ce Fruit communique à notre vie intérieure.

Ce mot s'applique à Dieu comme à celui qui est le Tout-Puissant:

Apocalypse 1 : 8
8 Je suis l'alpha et l'oméga, dit le Seigneur Dieu, celui qui est, qui était, et qui vient, le Tout-Puissant.»
et à Christ et la Force qui est sienne:

Apocalypse 5 : 13
13 Et toutes les créatures dans le ciel, sur la terre, sous la terre, et sur la mer, et tout ce qui s'y trouve, je les entendis qui disaient : A celui qui est assis sur le trône, et à l'agneau, la louange, l'honneur, la gloire, et le pouvoir, aux siècles des siècles»

A travers de ces lectures on peut comprendre qu'elle est grande la Force intérieure du Seigneur, sa Maîtrise de Lui-même.

Il l'a démontré jusqu'à Getsémanée et Golgotha.
Ce mot Force s'applique aussi à sa croissance :

Luc 1 : Or, le petit enfant grandissait, et se fortifiait en esprit. il demeura dans les déserts, jusqu'au jour où il se présenta devant Israël.»

Luc 2 : 40
40 Or, le petit enfant grandissait et se fortifiait. Il était rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui.»

A la force intérieure qui permet la croissance de tout l'être.
Ce Fruit de l'Esprit participe à notre croissance spirituelle.
Ce Fruit de l'Esprit, c'est avoir la maîtrise de soi, le contrôle de soi-même, cette Force intérieure qui permet de se maîtriser, contrôler tous nos sentiments, nos émotions, nos réactions.
Cette force intérieure ne sert pas à dominer, ni à écraser les autres, mais à maîtriser d'abord notre propre cœur.

Le cœur de l'homme se laisse emporter facilement par ses sentiments, ses émotions, ses états d'âme, ses réactions avec ces excès de colère, d'irritation, d'emportement ;

mais également le manque de fermeté pour résister face aux tentations de toutes natures, en danger même de se laisser emporter par tout nouveau courant de pensées, de doctrines.

Le monde emploie l'expression de« femmelettes » à l'égard de ceux qui manquent de ce Fruit de l'Esprit et se laissent séduire facilement:

2 Timothée 3 : 6
6 Il en est parmi eux qui s'introduisent dans les maisons, et qui captivent certaines femmes chargées de péchés, agitées par des passions variées,»

Il nous faut la force (dynamique) de Dieu pour dominer sur notre cœur naturel. La colère traduit souvent ce manque de maîtrise de soi, puisqu'elle nous met « hors de nous-mêmes », perdant le contrôle de nous-mêmes, s'exprimant souvent en éclats de voix, paroles agressives, regards assassins.

C'est pourquoi elle n'accomplit pas la justice de Dieu. Ce manque de maîtrise de soi, par nos réactions, nous éloigne non seulement des autres, que notre attitude fait souffrir, mais elle nous fait aussi souffrir.

En ce sens, perdre la Maîtrise de soi-même est un signal d'alarme qui révèle un mal plus profond ;

c'est le signe de problème intérieurs non réglés. Refus de pardonner une offense, orgueil mal placé...
C'est encore une Discipline personnelle appliquée à toute notre vie, tel un athlète.

On considère souvent ce Fruit comme « La force de notre volonté ».

Certains pensant qu'à force de volonté on arrive à dominer sur une passion ! *

Rectifions, ce n'est pas à la force de notre volonté propre que nous règnerons sur nos cœurs, mais par la Force venant de l'Esprit de Christ en nous.

Ephésiens 3 : 16 à 20
16 Afin qu'il vous donne, selon la richesse de sa gloire, d'être puissamment fortifiés par son Esprit dans l'homme intérieur,
17 Que le Christ habite dans vos cœurs par la foi; et que vous soyez enracinés et fondés dans l'amour,
18 Pour être capables de comprendre avec tous les saints quelle est la largeur, la longueur, la profondeur et la hauteur
19 Et de connaître l’amour du Christ qui surpasse toute connaissance, en sorte que vous soyez remplis jusqu’à toute la plénitude de Dieu.
20Or, à celui qui, par la puissance qui agit en nous , peut faire infiniment au-delà de tout ce que nous demandons ou pensons.»

2 Corinthiens 3 : 4 à 5
4«Telle que l’assurance que nous l'avons par le Christ auprès de Dieu.
5 Non que nous soyons par nous-mêmes capables de concevoir quelque chose comme venant de nous-mêmes, mais notre capacité vient de Dieu.»

La Maîtrise de soi : Quelqu'un a dit :

le plus grand signe de la noblesse est la maîtrise de soi, elle confère plus de dignité au roi que sa couronne.

Celui qui est maître de lui a une régulation saine de ses désirs et de ses appétits : il reste dans les limites du raisonnable.

Et, dans le secret de son cœur, il demande au Seigneur de le préserver des écarts de la langue, des bavardages inutiles, du désir de devoir toujours se justifier, d'être honoré...
Avouons-le, acquérir la maîtrise de soi est un combat, long, difficile, chaque jour renouvelé.

Ephésiens 3 : 14
14 C’est pourquoi je fléchis les genoux devant le Père,»

Amen.

Voilà ce que je voulais partager avec vous ce matin.

Sommes nous comme Dieu veut que nous soyons !

FacebookMySpaceTwitterGoogle BookmarksLinkedin