Jérémie 1,12 « Et l’Eternel me dit: Tu as bien vu; car je me hâte d’accomplir ma parole.»
 
Jérémie 1,4 à 11 « 4 La parole de l'Éternel me fut adressée, en ces mots: 5 Avant que je ne te forme dans le ventre de ta mère, je te connaissais, et avant que tu ne sortes de son sein, je t'avais consacré, je t'avais établi prophète pour les nations. 6 Je répondis: Ah! Seigneur Éternel! je ne sais point parler, car je suis un garçon. 7 Et l'Éternel me dit: Ne dis pas: Je suis un jeune garçon. Car tu iras vers tous ceux contre qui je t'enverrai, et tu déclareras tout ce que je t'ordonnerai. 8 Ne les crains pas, car je suis avec toi pour te délivrer, dit l'Éternel. 9 Puis l'Éternel étendit la main, et toucha ma bouche; et l'Éternel me dit: Voici que je mets mes paroles dans ta bouche. 10 Regarde, je t'établis aujourd'hui sur les nations et contre les royaumes, pour que tu arraches et que tu abattes, pour que tu fasses périr et que tu détruises, pour que tu bâtisses et que tu plantes. 11 La parole de l'Éternel me fut adressée, en ces mots: Que vois-tu, Jérémie? Je répondis: Je vois une branche de l'amandier hâtif.  12 Et l'Éternel me dit: Tu as bien vu; car je me hâte d’accomplir ma parole.. » 
 
Quel ministère que celui de Jérémie ! Qui d’entre nous voudrait d’un tel ministère? 
 
Aujourd'hui, les ministères fleurissent, mais nombre d’entre eux ne viennent pas de Dieu. Nous avons souvent des invitations pour des réunions pour admirer untel qui a un « Ministère de puissance », etc. ; 
 
au cours de ces réunions beaucoup d’erreurs sont dites et mêmes des affirmations anti-bibliques, auxquelles les gens répondent Amen.
 
C’est affolant. 
 
Combien il est capital de connaître la bible pour discerner ces choses!
 
Quand on a reçu un ministère, les fruits le démontrent d’eux-mêmes, sans que nous ayons besoin de le professer ou le clamer sur les toits. 
 
Paul lui-même disait je suis le moindre des apôtres et le premier des pécheurs.
 
Il nous faut être oints, pour être des porte paroles de la vérité de Jésus Christ et annoncer la vérité sans crainte. Quelle responsabilité !..
 
Jérémie a exercé la plus grande partie de son ministère au milieu du peuple de Dieu, et pourtant, la vérité a sans cesse été combattue. 
 
Le verset 10 nous apprend que le ministère de Jérémie revêtait une double dimension:
-Le jugement (« arracher », « abattre ») vers. 10
-La grâce (« bâtir », « planter »)             vers. 11
 
2 Tim4,3-4 « Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront plus la saine doctrine; mais au gré de leur propre désirs, avec la démangeaison d'écouter, ils se donneront maîtres sur maîtres, ils détourneront leurs oreilles de la vérité, et se tourneront vers les fables. »
 
Ne nous méprenons pas: certes, nous sommes toujours sous la grâce, mais le jugement est toujours là, et le péché sera toujours jugé, car Dieu ne s’en accommodera jamais. 
 
Par contre le pécheur repentant sera toujours gracié!
 
Jérémie a été combattu par le peuple de Dieu. Mais les souffrances physiques endurées n’étaient pas son plus grand tourment. 
 
Il souffrait intensément de ce que la parole n’était pas crue, mais au contraire elle était combattue.
 
Il a fallu du courage à Jérémie pour contrer la prophétie d’Hanania, (Jérémie 28 )  qui prétendait que dans 2 ans, le peuple serait délivré. Jérémie l’a réfuté, réaffirmant les prophéties qui annonçaient que la délivrance était prévue dans 70 ans. 
 
Il est facile de nos jours d’annoncer des délivrances, des guérisons,mais plus difficile d’entendre la voix de Dieu concernant ces choses. 
 
Hanania annonçait en fait ce que le peuple voulait entendre, facilité, mais à l’encontre de la vérité.
 
Le message doit faire partie intégrante de tout chrétien, afin que nous soyons des témoins, habités par l’Esprit, imprégné par la parole. 
 
Les apôtres ne disaient pas seulement « Jésus est ressuscité », mais la puissance de la résurrection de Jésus-Christ se voyait en eux! 
 
Le message ne doit pas être seulement annoncé, mais vécu.
 
Vision humaine, vision de Dieu
 
Quelle a été la réaction de Jérémie quand Dieu l’a appelé?
 
Jérémie 1,6 « Ah Seigneur Eternel, je ne sais point parler, car je suis un jeune garçon. »
 
Il avait entre 20 et 25 ans. 
La majorité spirituelle communément admise , permettant d’exercer des fonctions, était fixée à 30 ans. 
 
(Jésus avait 30 ans quand commence son ministère). 
 
Quand il entend l’appel de Dieu, Jérémie sait que ce sera difficile et se sentait trop petit, limité, pas à la hauteur de cette vocation..
 
Jérémie 1/12 « Et l’Eternel me dit: Tu as bien vu; car je me hâte d’accomplir ma parole,»
 
Jérémie 20/8-9  8« Car toutes les fois que je parle, il faut que je crie, Que je proclame violence et dévastation ! Et la parole de l'Éternel est pour moi Un sujet de déshonneur et de risée toute la journée.  9 Si je dis : Je ne ferai plus mention de lui, Je ne parlerai plus en son nom, Il y a dans mon cœur comme un feu brulant retenu dans mes os. Je me fatigue à le contenir, et je ne le puis. »
 
Parfois, Dieu nous donne des messages pas très populaires.
 
Mais le plus important, c’est de le transmettre: Dieu ne se trompe jamais de prédication.
 
 Prêcher, c’est annoncer et dénoncer. Si je plaisais encore aux hommes, je ne plairais pas à Dieu.
Dieu demande à Jérémie ce qu’il voit :
 
Jérémie1/11 « que vois-tu Jérémie »
 
C’est important de savoir ce que l’on voit. Jérémie répond en disant qu’il a vu une branche d’amandier.
(v12) « Et l’Eternel me dit: tu as bien vu; ».
Dans la Bible, l’amandier est le symbole de la vigilance de Dieu 
 
Exode 25/33-34 33« Il y aura sur une branche trois calices en forme d'amande, avec corolles et fleurs, et sur une autre branche trois calices en forme d'amande, avec corolles et fleurs; il en sera de même pour les six branches sortant du chandelier. 34 A la tige du chandelier, il y aura quatre calices en forme d'amande, avec leurs corolles et leurs fleurs. »,
le chandelier est le symbole du Christ qui éclaire le monde et l’Esprit qui éclaire la parole.
 
Nombres 17,23 « le lendemain, lorsque Moïse entra dans la tente du témoignage, voici que le bâton d’Aaron, pour la famille de Lévy, avait bourgeonné ; il avait fait éclore des bourgeons, produit des fleurs et muri des amandes. »
 
C’était le signe que Dieu avait choisi Aaron et préparé d’avance toute chose. 
 
Je vous le dis, il vaut mieux que ce soit Dieu qui choisisse.. 
 
L’amandier est l’un des premiers arbres à fleurir, il annonce le printemps. Symbole que Dieu est au commencement, avant toute chose, alors que tout dort, lui veille et précède toute chose, il agit. 
 
«Avant que je t’aie formé dans le sein de ta mère, je te connaissait ».(Jérémie 1-5)
 
Nous voyons fleurir l’œuvre de Dieu. Et nous, que voyons-nous? Voyons-nous ce Dieu capable de guérir, sauver, délivrer? 
 
Dieu est là et si nous le comprenons vraiment, notre vie peut changer en un instant.
 
Dieu veut montrer qu’au delà de l’opposition, il veille, il est au dessus de nous. Le voyons-nous? 
 
C’est comme s’il disait à Jérémie, jusqu’à présent tu voyais du point de vue humain (Je suis faible, impuissant), 
 
maintenant tu vois les capacités spirituelles. Il a ouvert les yeux sur la puissance de Dieu . Sous l’œil vigilant de Dieu,
nous n’avons rien à redouter, ni à craindre. 
 
Jésus a pu dire aux apôtres, « j’ai prié le père afin que votre foi ne défaille point ».
 
Dans la peine et l’adversité, Jésus est là et veille sur chacun de nous. 
Quand Marie Madeleine était dans le jardin, les anges l’entourent et Jésus lui-même vient et lui dit « Femme, pourquoi pleures-tu ».
 
 Reconnaissez vous la voix de Jésus? Par laquelle les difficultés s’estompent, la voix qui encourage et édifie? Discernons-nous la parole de Dieu?
 
On peut prendre l’exemple des compagnons de Daniel. Ils ont affirmé, que Dieu les délivre ou pas, ils ne se prosterneraient jamais devant le roi! Déclarations qui ont rendu Nebucanetsar furieux, et curieux! 
 
Il voit les 4 hommes déliés, qui n’ont point de mal, ni même l’odeur de la fumée ne les a atteint, le 4e ressemblant à un fils de Dieu.
 
Que ça nous plaise ou non, sa parole et ses promesses s’accompliront: il vaut mieux pour nous être du côté de la bénédiction, et il ne tient qu’à nous d’y participer.
 
Même si je prie depuis des années pour ma famille, et que rien ne se passe, peu importe, ce qu’il a promis, il l’accomplit, car Dieu tient toujours ses promesses.
 
Abraham aussi a reçu des promesses. 
 
Dieu promet parfois des choses impensables! 
Mais ce n’est pas cette promesses qui a fait qu’ Abraham servait Dieu. 
Prenons toujours au sérieux les promesses de Dieu. 
 
Sara a ri, puis a nié avoir ri, son fils s’est appelé Isaac, qui signifie, le « rieur », celui qui rit… Prenons au sérieux ses promesses.
 
Rien de ce qui est caché ne le restera, tout sera mis en lumière. Mieux vaut se repentir .
 
. Tout ce que dit Dieu est profond et sérieux. Il faut voir Dieu avec nos cœurs, croyant tout ce que Dieu a promis.
Dans le nouveau testament, lorsque Jésus guérit un aveugle (Marc 8/22-26), il lui demande: verset 23 vois-tu quelque chose? Il répond qu’il distingue les hommes comme des arbres, et qui marchent. 
 
Sa vision n’était pas encore claire, il avait touché du doigt la guérison, la puissance de Dieu, mais c’était encore flou, incertain. Lorsque Jésus lui mit de  nouveau les mains sur les yeux, il vit alors tout distinctement. 
Jésus l’a guéri parfaitement.
 
Peut-être quelqu’un a eu un premier aperçu de la grâce, de la puissance de Dieu, mais a encore une vision déformée. 
Prions donc que le Saint-Esprit oigne notre cœurs, pour que nous puissions voir tout distinctement.
La parole nous décrit un Dieu tout puissant, un grand DIEU. 
 
Quand nous prions un grand Dieu, tout le reste, nos problèmes reprennent alors leur juste dimension, et par sa grâce, nous pouvons nous asseoir dessus.
 
Attendons-nous donc à lui, pleinement.
« Et l’Eternel me dit: Tu as bien vu; car je veille sur ma parole, pour l’exécuter. »
 
Que Dieu vous bénisse richement. Amen 
 
FacebookMySpaceTwitterGoogle BookmarksLinkedin