Première partie
 
Cette voix intime qui parle en toi
 
Si tu veux passer à un mode de vitesse supérieure, dépasse « les oui mais » pour atteindre « Je suis, je peux »
 
LES VOIX DE DÉCOURAGEMENT
Je pense que nous avons tous une voix qui parle en nous dans les profondeurs de notre âme. Ce n'est pas quelque chose comme : “Coucou là-haut, je suis le mauvais génie qui vit dans ton foie.” En réalité, cette petite voix est souvent la nôtre. Elle dit constamment des choses comme :
•« Tu n'es pas grand chose ».
•« Je suis fâché, fâché, fâché ».
•« Je ne vaux vraiment pas grand choses, moins que les autres. Je dois faire plaisir aux autres pour qu'ils m'apprécient et que je me sente quelqu'un. »
•« Dieu, pourquoi ne fais-Tu pas cette chose pour moi? Tu les bénis avec ce que je voulais. Mais moi alors? »
•« Si Dieu m'aime vraiment, alors pourquoi... ? »
Quand ma voix intérieure ressemble à ça, j'ai envie de pleurer, ou de me taper la tête contre les murs ou d'agiter mon poing sous le nez de quelqu'un ou de crier : « C'est pas juste » à pleins poumons ».
Le pire dans tout ça, c'est que je réagis parfois comme si cette voix me disait la vérité. La bonne nouvelle, c'est que quand je me dis ces choses, je suis souvent à côté de la plaque. Je ne sais plus de quoi je parle.
 LA SOURCE DES VOIX
D'où viennent ces “voix”? 
L’on peut aller les chercher très loin, elles peuvent provenir de votre maman : « Tu es comme ton père, tu ne seras jamais bon à rien. » 
Ou des camarades d'école : « Et le gros, pourquoi tu ne te dandines pas par ici? » 
Ou de certains professeurs : « Tu es stupide. Tu n'y arriveras jamais. »
Des paroles comme cela l’on en trouve de toutes sortes plus blessantes les unes que les autres qui peuvent vous marquer pour la vie
J’ai bien dit peuvent vous marquer pour la vie ; heureusement ce n’est pas toujours le cas. Une maman ne veut certainement pas faire du mal à son enfant ;  tout comme un camarade qui si cela ce trouve est son meilleur copain.  
Mais ces mots ou phrases dites involontairement sur le coup de la colère ou d’énervement peuvent vraiment marquer pour la vie.
Parfois, ce sont les circonstances qui déterminent ce que nous nous disons. Ou ça peut être une période difficile qui se prolonge ou encore une perte qui nous déchire le cœur. 
Ça peut aussi être la maladie qui fait que nous voyons le monde d'une façon déformée.
Ou ça peut simplement être une attaque du malin. 
Ça arrive, tu sais. Le nom “Satan” signifie “adversaire” ou “celui qui s'oppose”. Dans la mesure où il est le Père des Mensonges, un de ses trucs favoris est de te mentir à propos de toi.
LES VOIX QUI AJOUTENT JOIE ET PUISSANCE
Sais-tu que la voix profonde et intérieure peut aussi ajouter de la valeur et de la joie dans ta vie? Quand elle dit des choses comme :
•« Dieu t'aime. Tu es précieux. Tu vaux quelque chose. »
•« Tu peux le faire. Tu as ce qu'il faut. N'abandonne pas. »
•« Tu es ici pour une raison. Tu vas y arriver. Ta vie va faire une différence. »
Tout dépend de ce que nous acceptons d'entendre de la part de cette “voix intérieure”.
Acceptons-nous vraiment d’écouter cette voix ou comme beaucoup on ne sait même pas qu’elle est là. Combien ne savent pas écouter, même des chrétiens de longue date ne savent pas écouter ou ils entendent mais ne savent interpréter.
Ton père ta mère ne te permettrait pas de dire certaines choses. Tu ne devrais pas te permettre de dire certaines choses non plus.
On aimerait  bien que cette voix nous disent ? « José, tu es le meilleur. Tu es vraiment doué au football et tu cours plus vite que le vent, etc. » ? 
Non, c'est juste une blague. Il ne s'agit pas simplement de se dire des choses à soi-même, même si ça peut être utile. On doit croire ce qu'on dit et je ne crois pas que je vais être doué au football dans cette vie surtout aujourd’hui. 
Mais ça ne veut pas dire que je ne vais pas faire des tas de choses bien plus extraordinaires dans ma vie que d'être doué au football. Déjà être derrière ce pupitre pour vous parler de Dieu c’est nettement plus important que de jouer au foot.
COMMENT PEUX-TU CHANGER LA VOIX QUI CRIE DU PLUS PROFOND DE TOI?
–Ecoute-toi. Écoute la voix. Le message est-il vrai? “Oui c'est vrai, je ne suis rien.” Ah bon ? Ce n'est pas ce que Dieu dit. Ce genre de message ne peut venir de Dieu mais au contraire de celui qui veut te détruire.
–Pense aux conséquences sur ta vie qu'aurait eut le fait d'agir selon ce que dit cette voix( je ne suis rien). Est-ce que cela va t’aider à te construire toi, aussi bien qu'à construire les autres autour de toi, ou serait-ce destructeur?
–Tu dois faire place nette et affirmer ce que Dieu a dit à propos de toi.
–Tu dois avoir la Parole de Dieu devant les yeux et dans le cœur.
QUE DIT-IL ?
–Il est avec toi. Alors je peux dire : 
Psaumes 118:6 « L'Éternel est pour moi, je ne crains rien: Que peuvent me faire des hommes ? » 
Il Faut que tu saches que Dieu est avec toi et il t’aime depuis toujours , avant même que tu soit conçu, même si  tu viens dans une famille païenne qui ne croit en rien c’est Lui qui a voulu ta venue sur terre parce que comme pour ta sœur ,ton frère Il a un plan pour toi.
–Tu as de la valeur pour Lui de toute éternité. Je peux dire :
 Jérémie 31:3 « De loin l'Éternel se montre à moi: Je t'aime d'un amour éternel; C'est pourquoi je te conserve ma bonté. »
–Tu peux tout à travers Lui. Alors ma voix chante : 
Philippiens 4:13 « Je puis tout par celui qui me fortifie. »
–Il a pourvu à un espoir incroyable pour toi, pour maintenant et pour l'éternité. Je peux dire : 
1 Pierre 1:3 « Béni soit le Dieu et père de notre Seigneur Jésus-Christ qui selon sa grande miséricorde nous a régénérés, par la résurrection de Jésus-Christ d'entre les morts, pour une espérance vivante. »
Romains 8:28–Ca va marcher! “Toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein. » 
Quand nous sommes dans la difficulté, notre vie passe sur un mode par défaut. Quel est le tien? Les gémissements ou l'adoration?
En fait, si tu veux passer à un mode de vitesse supérieure, dépasse les “Je suis, je peux” pour atteindre les “Il est, Il peut!”
Commence à te rappeler ce que Dieu est et qui Il est. Répète-le-toi encore et encore. Cultive ton intimité avec Lui. Laisse l'Esprit qui vit en toi parler et prier.
Romains 8 : 26
 
« De même aussi l'Esprit vient au secours de notre faiblesse, car nous ne savons pas ce qu'il convient de demander dans nos prières. Mais l'Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables; »
Par la puissance de l'Esprit qui agit en toi, décide quelle voix tu veux écouter tout au long de la journée.
 
Deuxième partie
LE FONDEMENT D’UNE VIE ÉQUILIBRÉE
 
La marche sur un fil
Il y a quelques années on a put voir à la télé la chute mortelle d’un funambule. A plus de cent mètres de hauteur, l’acrobate s’est lancé en tenant une perche horizontale pour mieux garder sa stabilité.
 Mais il a perdu progressivement l’équilibre et est finalement tombé en s’écrasant sous les cris horrifiés de la foule. Pourquoi je vous dit ça ce matin ?
 
Parce que La vie peut être comparée à une marche sur un fil. Nous sommes tous en fait sur le fil de la vie, et il est important pour chacun, de savoir tenir l’équilibre :
 
Stabilité dans nos foyers, dans nos familles, dans le milieu professionnel, dans notre être intérieur, dans l’Eglise, équilibre dans notre vie spirituelle, dans notre personnalité.
La Bible, source de sagesse
La psychologie est la discipline scientifique qui s’occupe de cette question. Pourtant, personne mieux que Dieu ne connaît l’être humain et son fonctionnement.
 
 La Bible reste encore le meilleur livre de psychologie. Aucun ouvrage au monde n’explique, mieux que l’Ecriture Sainte, qui est l’homme et comment il fonctionne.
 
Beaucoup de problèmes relatifs à l’être humain et à sa personnalité trouvent leur origine dans le fait suivant : 
 
nous avons oublié l’enseignement de Dieu sur l’être humain.
 
La Bible n’utilise pas le mot psychologie ou équilibre, mais le terme "sagesse". Sa définition est la capacité de tenir l’équilibre dans tous les domaines de la vie.
 
 Un fou est appelé un "déséquilibré". Un élément dans sa vie a pris trop de "poids" et a ainsi déstabilisé son comportement : 
pour l’un c’est l’argent, une ambition, un sport, une religion, pour l’autre ce peut être la jalousie, la cupidité, le pouvoir, la gloire.
 
Quelqu’un menant bien sa vie, est qualifié de "bien équilibré".
Pour faciliter notre compréhension de la Bible et en particulier de l’Ancien Testament, nous pouvons remplacer le mot "sagesse" par le mot "équilibre".
 
Quand l’Ecriture déclare que Dieu est sage, cela signifie notamment qu’il est équilibré. En lui il n’y a rien de trop ou de trop peu. Quand l’Ecriture dit :
 
 Proverbes 9.10 « Le début de la sagesse c’est La crainte de l’Eternel»
 
cela peut signifier : « la crainte de Dieu est le commencement de "l’équilibre".
 
De même :
 Proverbes 3.13 « Heureux l’homme qui a trouvé la sagesse. » peut être compris comme : « heureux l’homme qui a trouvé l’équilibre dans sa vie. »
Le péché est dévastateur
Dans un certain sens nous sommes tous des déséquilibrés, à cause du péché.
 Celui-ci, dans nos vies, nous fait perdre l’équilibre. 
Le péché déséquilibre la vie de nos familles, de nos foyers, de notre société. Il faut donc s’équilibrer ! Voilà la sagesse !
 
Remarquons encore que l’Ecriture fait une différence entre intelligence et sagesse. 
 
Quelqu’un peut être très intelligent, avoir fait de grandes études et ne pas être sage, et déséquilibré. 
 
Inversement, des gens simples, n’ayant jamais fait de grandes études peuvent être sages, bien équilibrés dans leur vie.
 
On comprend ce que la Bible déclare : 
Proverbes 16:16 « Combien acquérir la sagesse vaut mieux que l’or. ».ou encore dans :
 
Proverbes 3.13-15 « Heureux l’homme qui a trouvé la sagesse, et l’homme qui devient raisonnable ! Car le gain qu’elle procure est préférable au gain de l’argent, et son revenu vaut mieux que l’or ; Elle est plus précieuse que les perles, et tous les objets de tes désirs n’ont pas sa valeur. »  
Le premier pas vers l’équilibre, c’est la crainte de Dieu. 
 
La Bible dit : Proverbes 9.10 « Le commencement de la sagesse (équilibre), c’est la crainte de Dieu. » 
 
Le péché est dévastateur. Il engendre le désordre, la perte d’équilibre et l’échec. 
 
Le premier élément stabilisateur est la crainte de l’Eternel, la foi en Dieu. 
 
Un individu n’est vraiment équilibré que dans la foi en Dieu. 
Sans la crainte de Dieu, sans la foi en Dieu, un être humain ne peut être complet, parce qu’alors dans sa vie, manque un élément primordial, qui déséquilibre son existence.
L’homme a besoin de Dieu
Nous avons un corps, une âme, un esprit. 
 
Notre corps a besoin d’air, de nourriture, d’eau, d’espace, de repos. 
 
De même, notre âme a aussi des besoins : besoin de nourriture, d’être abreuvée, de la communion avec Dieu, de repos, de joie. Elle a besoin de Dieu.
 
Si un homme ne se préoccupe que des besoins de son corps, il déséquilibre sa vie parce qu’il oublie son âme, et il rend instable sa personne.
 
N’est-ce pas là une raison susceptible d’expliquer tant de problèmes psychologiques en nous et autour de nous ?.
 
Matthieu 4.4 Jésus a enseigné : « L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. » 
 
Dans la vie, le pain et la dimension spirituelle sont nécessaires. 
Toutes les idéologies matérialistes ont détruit la nature humaine en la déséquilibrant, en l’amputant.
 
C’est une des raisons de l’échec du système marxiste par lequel on a voulu inculquer à l’homme qu’il n’était que matière et non esprit.
 
Notre être ne se trouve bien, épanoui, équilibré, que s’il tient compte de sa dimension spirituelle, condition nécessaire à sa stabilité. 
 
Lorsque l’Ecriture dit que Jésus est notre sagesse, nous pouvons comprendre ses mots en disant que Jésus-Christ apporte dans une vie, l’équilibre.
Venir à Jésus-Christ
Quiconque rencontre Jésus-Christ, peut découvrir en lui la stabilité. C’est le début.
 
Le fondement d’une vie équilibrée consiste à venir à Jésus-Christ, à poser un acte de foi en s’approchant de la croix.
 Alors Jésus-Christ peut rétablir l’ordre, la stabilité et l’équilibre. 
 
Voilà pourquoi aujourd’hui tant de personnes se sentent mal dans leur peau : 
 
cette absence de dimension spirituelle en eux entraîne dans leur foyer, leur être, leur activité professionnelle, un déséquilibre.
 
 La foi en Jésus-Christ, la crainte de l’Eternel est le commencement de la sagesse. 
 
Bien des personnes ont basculé, puis sombré dans l’alcoolisme, la drogue, la délinquance, le péché, l’indifférence, la rébellion, parce qu’elles avaient tout, sauf... la foi en Jésus-Christ. 
 
Avons-nous trouvé en Christ l’équilibre dans notre couple, dans notre vie ? 
 
Souvenons-nous de la catastrophe du (Herald of Free Enterprise) ce ferry s’est retourné à la sortie du port de Zeebrugge en Belgique. Bilan 193 mort.
 
Cependant, un navire bien équilibré peut affronter les plus fortes tempêtes sans aucun dommage.
 
Jésus-Christ n’a jamais dit que notre vie serait un long fleuve tranquille, un voyage paisible sur une mer toujours calme. 
 
Mais Jésus-Christ, notre sagesse, veut tenir notre vie en équilibre au travers de toutes les circonstances.
 
Lors des tempêtes appelées maladie, souffrance, déception, deuil, échec. 
 
Jésus-Christ veut nous empêcher, dans ces rudes difficultés, de sombrer.
 
Et rappelons-nous que ce n’est pas parce que quelqu’un s’est converti qu’il a résolu tous ses problèmes, trouvé l’équilibre parfait, total et définitif.
 
Si la crainte de l’Eternel est le commencement, le fondement de la sagesse, de l’équilibre, il reste néanmoins plusieurs domaines, de ces petits compartiments de notre vie, où nous devons être équilibrés et sages.
La sagesse
Au début de ce message j’ai parlé du fondement d’une vie équilibrée qui comparait l’existence à une marche sur un câble tendu entre deux points : la naissance et la mort. 
Nous devons ainsi progresser en gardant notre équilibre. La première règle de sagesse ou d’équilibre est la foi en Dieu.
 
La Bible dit au Psaumes 111.10: « La crainte de l’Eternel est le commencement de la sagesse (équilibre). » 
L’Ecriture Sainte déclare que la folie consiste à nier l’existence de Dieu : 
Psaumes 14.1. « Le fou dit en son cœur : il n’y a point de Dieu ! ». 
Le chrétien est celui qui a choisi de trouver en Jésus-Christ son équilibre, sa sagesse, sa stabilité. 
 
La parabole décrite dans Matthieu 7.24-27 affirme que le sage bâtit sa maison sur le roc, et le fou sur le sable. Tôt ou tard la maison de l’insensé perd sa stabilité et s’écroule.
 
Une remarque importante : une personne convertie n’a pas nécessairement résolu tous ses problèmes, et sa vie ne se caractérise pas nécessairement par un équilibre parfait, total et définitif. 
 
Chaque domaine de la vie doit être équilibré. Les soupapes d’un moteur à essence exigent un réglage régulier, afin d’assurer un bon fonctionnement de la machine. 
 
Notre équilibre n’est pas garanti une fois pour toutes. Dans chaque compartiment de la vie, nous devons constamment veiller à réaliser notre équilibre. 
 
La conversion est le début, la phase initiale de la sagesse. Ensuite viennent d’autres étapes.
 
Faisons une comparaison avec le jongleur. Il maintient d’abord une seule assiette en équilibre au-dessus d’une perche. Il ajoute ensuite une seconde assiette, une troisième, ... et finalement le spectacle débouche sur toute une série de soucoupes, chacune tenue en équilibre au bout d’une perche. 
 
La vie peut être comparée à cet exercice d’adresse. Le nourrisson, assisté de ses parents, n’a qu’une assiette : manger, boire, dormir. Plus tard il va devoir ajouter une soucoupe supplémentaire. Puis l’enfant devra s’organiser pour réussir ses études. Adolescent, il devra assurer l’équilibre de sa sexualité qui s’éveille : nouvelle assiette. Plus tard, le choix d’un métier, les contraintes professionnelles, les fiançailles, le mariage, la belle-famille, les enfants, etc. constituent autant d’assiettes supplémentaires à maintenir, sans casse, en équilibre. La sagesse consiste à assurer la stabilité de toutes ces assiettes, sans en laisser tomber une seule.
 
Beaucoup de dépressions, de suicides, de tentatives de suicide sont liées à cette question d’équilibre dans la vie. 
 
Une rupture d’équilibre entraîne chez l’individu de grosses perturbations. Le mauvais équilibre entre le travail et le repos, dans un sens comme dans l’autre, une mauvaise stabilité dans les relations familiales, professionnelles, de voisinage, peuvent conduire à de graves troubles psychologiques.
 
Dans sa Parole, Dieu nous a donné tous les éléments nécessaires et utiles pour nous conduire ici-bas avec sagesse et équilibre, dans une vie heureuse à la gloire de Jésus-Christ. Examinons maintenant quelques situations concrètes
 
 
l’enseignement de la parole de Dieu pourra nous donner de la sagesse et certainement un bon équilibre.
la communion fraternelle ,les rencontres, le partage les moments de détente ; tous cela peut agir sur notre comportement, notre équilibre spirituel mais aussi l’équilibre charnel (physique).
les prières. Le temps passé en prière, en communion avec Dieu sous quelque forme qui soit ne peut être qu’une bénédiction et une amélioration de tout notre être
un restaurant ;
une chapelle ou un lieu de prières.
Ces éléments sont nécessaires pour notre bien-être et notre développement.
 
Voilà ce que je voulais partager avec vous. Je souhaite que se petit enseignement vous auras fait bien comme a moi. Amen
 
Que notre seigneur Jésus-Christ vous bénisse tous et vous donne cette sagesse et équilibre incomparable qui vient d’en haut.