Le Livre d’Esther : Chapitre 9 verset 1-15.

 

« Le douzième mois, le mois de Adar, le treizième jour du mois, l'exécution du décret royal venait à échéance. Le jour même où les ennemis des juifs avaient espéré les exterminer, ce fut le contraire qui eut lieu. Les juifs prirent, le dessus sur ceux qui les haïssaient. Ils se rassemblèrent dans leurs villes respectives, sur toute l'étendue des provinces du roi Assuérus, pour s’attaquer à ceux qui avaient programmé leur perte.

 

Personne ne leur tint tête, car ils inspiraient la terreur à tous les peuples. Tous les préfets des provinces, les satrapes, les gouverneurs, les fonctionnaires du roi, leur prêtèrent main-forte, car la crainte de Mordékhaï s'était emparée d'eux. Mordékhaï était devenu influent dans le palais du roi, et sa renommée se répandait dans toutes les provinces. Les Juifs exercèrent donc des sévices sur tous leurs ennemis, en tuant et détruisant ceux qui les haïssaient.

 

Dans Suse, la capitale, les juifs exterminèrent cinq cents hommes et, en outre, les 10 fils d’Haman :

 

Parchandata et Dalphane, Aspata et Porata, Adalia et Aridata, Parmachta et Arissaï, Aridaï et Vaïzata, mais on ne porta pas la main sur le butin.

 

Le jour même, le compte des victimes tombées à Suse, la capitale, fut communiqué au roi.
Celui-ci dit à la reine Esthèr : A Suse, la capitale, les juifs ont tué et exterminé cinq cents hommes ainsi que les dix fils de Haman. As-tu encore une demande à présenter, elle te sera accordée, un souhait à exprimer, il sera réalisé.

 

Esther répondit au roi : Si tel est le bon plaisir du roi, qu'il soit permis aux Juifs, dans Suse, de faire demain encore ce qu'ils ont fait aujourd'hui, et que les dix fils de Haman soient Pendus à la potence.

 

Le roi ordonna de procéder de la sorte : Un édit fit publié à Suse, et on pendit les dix fils de Haman. Les juifs, présents à Suse, se rassemblèrent donc encore le quatorzième jour du mois de Adar et firent périr à Suse trois cents hommes mais ils ne touchèrent pas au butin ».

 

Les pendre encore demain alors qu’ils avaient été tués le jour-même ?

 

Les maîtres du Talmud nous ont appris qu’à chaque fois que l’on parle du roi, s’il est précisé "le roi Assuérus" c’est qu’il s’agit bien de lui, mais lorsque le mot "roi" seul est écrit, cela fait référence à Dieu.

 

Or la demande d’Esther est faite au roi sans le nom d’Assuérus, donc à Dieu. Et le demain en question, n’est pas le lendemain, mais un jour dans un temps futur.

 

Une prophétie pour notre époque

 

* Quelques définitions :

 

Fête de Pourim

 

La fête de Pourim est célébrée chaque année le 14ème jour du mois hébraïque d’Adar (fin de l’hiver/début du printemps). Elle commémore le salut miraculeux du peuple juif dans l’ancien empire perse du complot ourdi par Haman pour « détruire, exterminer et anéantir tous les juifs jeunes et vieux, enfants et femmes, en un seul jour. »

 

La Meguila

 

Le traité Meguila est le dixième traité de l'ordre Moëd. Son sujet principal est, ainsi que son nom l'indique, la lecture du Livre d'Esther (couramment appelé la Meguila) lors de la fête de Pourim.

 

La Gematria

 

La Gematria, aussi « guématrie » ou « gématrie » est une forme d'exégèse propre à la Bible hébraïque dans laquelle on additionne la valeur numérique des lettres et des phrases afin de les interpréter[]. Elle se fonde sur la numération hébraïque, dans laquelle, comme dans les autres civilisations méditerranéennes anciennes, les nombres sont notés avec les lettres de l'alphabet.

 

Roch Hachana

 

C’est une fête juive célébrant la nouvelle année civile du calendrier hébreu. Appelée « jour de la sonnerie » ou « du souvenir de la sonnerie » dans la Bible, elle est également considérée dans la tradition rabbinique comme le jour du jugement de l’humanité, inaugurant ainsi une période de dix jours de pénitence dans l’attente du grand pardon accordé aux repentants à Yom Kippour.

 

Elle est fêtée les deux premiers jours du mois de tishri, en terre d’Israël comme en Diaspora. Ces jours ont lieu, selon les années, en septembre ou en octobre dans le calendrier grégorien.

 

Hoshanna Rabba

 

C’est le septième et dernier jour de la fête juive de Souccot. Célébrée au moins depuis l'époque du second Temple avec un rituel particulier, la fête acquiert ensuite un caractère et une importance propres jusqu'à devenir le dernier des Jours redoutables, au cours duquel le jugement rendu à Roch Hachana et consigné à Yom Kippour est scellé et entre en vigueur.

 

Souccot

 

Il s’agit de la fête des Cabanes, des Tentes ou des Tabernacles, et c’est l'une des trois fêtes de pèlerinage prescrites par la Torah, au cours de laquelle on célèbre dans la joie l'assistance divine reçue par les enfants d'Israël lors de l'Exode et la récolte qui marque la fin du cycle agricole annuel.

 

Elle est fêtée à partir du 15 tishrei (qui correspond, selon les années, aux mois de septembre ou octobre dans le calendrier grégorien) et dure sept jours.

 

Julius STREICHER : 12 février 1885-16 octobre 1946

 

Editeur antisémite allemand. Il participa au putsch manqué de Munich en novembre 1923 et fut condamné à mort en 1946 au procès de Nuremberg.

 

Julius STREICHER était un instituteur allemand, puis un officier prussien pendant la Première Guerre mondiale.

 

Violemment antisémite, il rencontra Hitler en 1921. Il était alors le responsable de l'extrême-droite de Franconie, ce qui contribua à faire de Nuremberg une ville phare du parti nazi.

 

Il fut le directeur du journal antisémite Der Stürmer de 1923 à 1945. Gauleiter nazi de Franconie (1925-1940), puis député au Reichstag en 1933, il était connu pour ses violences verbales contre les Juifs.

 

Parmi tous les condamnés à mort du procès, STREICHER fut le seul qui posa des problèmes lors de son exécution. Avant d'être pendu il prononça quelques mots, dont la phrase : « Purim Fest 1946 ! » (Pourim étant une fête juive commémorant les événements relatés dans le Livre d’Esther)[]

 

Revenons au Livre d’Esther.

 

Concernant les prénoms des 10 fils d’Haman, il est tout à fait remarquable de constater une anomalie au niveau de la taille de certaines lettres de la Meguila.

 

Trois lettres avec une taille réduite, et une lettre plus grande que les autres.
Toutes ces lettres se trouvent dans l'énumération des noms des dix fils d'Aman qui ont été pendus. Esther 9 :7.

 

Dans le nom du premier nous avons le Tav (lettre "t") écrit plus petit;
Dans le nom du septième nous avons le Shine (lettre "ch") écrit plus petit;
Dans le nom du dixième nous avons le Zaïne (lettre "z") écrit plus petit; Vav ("v") écrit plus gros.
A chaque lettre hébraïque correspond une valeur numérique (Guématria) donc un chiffre.

 

Voici la valeur numérique de chacune de ces lettres :

 

Les petites lettres

 

Tav = 400 Shine = 300 Zaine = 7

 

Total = 707.

 

Le Vav écrit plus grand a pour valeur 6.

 

Le fait qu'il soit plus grand nous indique qu'il ne fait pas partie du même groupe que les autres lettres. Il ne faut donc pas l'additionner, mais l'utiliser comme la plus grande valeur: il nous indique le sixième millénaire.

 

Nous obtenons ainsi l'année 707 du sixième millénaire soit l’année 5707
qui est l'année du procès de Nuremberg et correspond à l’année 1946.
Le 21 Tichri 5707, le jour de Hocha'ana Rabba, Julius Streicher, l’un des dix nazis condamnés a mort, hurlait avant de mourir par pendaison : POURIM 1946.

 

Le 21 Tichri correspond au 7° jour de Soukhot et le 7° jour de Soukhot = Hoshanna Rabba soit la nuit du jugement de Dieu !!.

 

A cette heure précise Dieu juge le monde, à cette heure précise sont pendus les 10 criminels nazis. (10 et non pas 11, Goering s’est suicidé) à rapprocher des 10 fils d’Haman.

 

A noter que, après Roch Hachana (le jour du jugement) et Kippour (qui offre la possibilité du repentir), Hocha'ana Rabba est le jour du décret d’application du jugement.
Il est donc clair maintenant que la demande d'Esther: "d'agir encore demain selon le décret d'aujourd'hui" n'était pas adressée au roi de Perse Assuérus, mais bien à Dieu. Ces lettres anormales étaient une indication prophétique du moment où la demande d'Esther (qui a été acceptée) serait réalisée.

 

Le Procès de Nuremberg

 

Cette histoire n'est pas sans rappeler un autre Haman plus récent qui avait le même dessein :

 

l'extermination du peuple juif.
Hitler a bien failli réussir son projet. Il n'a échoué que grâce à la providence divine qui, comme dans la Meguila, était Esther c'est-à-dire cachée.
Oui, Dieu s'est dissimulé pendant cette période à travers les événements naturels de l'Histoire comme dans la Meguila Esther ou son nom n’apparaît jamais.

 

Sa délivrance n'a pas été éclatante aux yeux de tous comme à la sortie d'Égypte, mais dissimulée par le déroulement de l’histoire.

 

Après la fin de la dernière guerre, le 16 octobre 1946, les Alliés ont jugé les criminels nazis, dans un procès historique et mémorable: Le procès de Nuremberg.
Il s'agit d'un procès organisé par les vainqueurs de l'Allemagne nazie, du 20 novembre 1945 au 10 octobre 1946. Le tribunal a été créé à Londres, le 8 août 1945 .
24 personnalités nazies sont jugées. Ces hommes sont accusés de :
crimes contre la paix, c'est-à-dire d'avoir décidé, préparé, organisé la guerre;
crimes de guerre, c'est-à-dire d'avoir violé les règles de la guerre, en exécutant des prisonniers de guerre, par exemple, en ne respectant pas les Conventions de Genève;
crimes contre l'humanité, c'est-à-dire d'avoir organisé la déportation et le massacre systématique de populations désarmées, en particulier dans les camps de concentration et d'extermination.

 

Le procès se termina mais le verdict fut différé de nombreuses fois par des appels et des demandes d'amnistie. Finalement le verdict fut prononcé après le Nouvel An juif : Onze condamnations à mort par pendaison (C'était la première fois que des militaires étaient condamnés à la pendaison. Normalement, les coupables auraient du être passés par les armes). Ils auraient dû être onze, mais Göring se suicida quelques heures avant l’exécution de la sentence en avalant du cyanure.
Finalement, ils ne furent donc que dix. Ils furent exécutés le 16 octobre 1946, jour de Roch Hachana.

 

Le jour de la pendaison, des journalistes étaient présents. Le correspondant du NewsWeek a écrit un article détaillé décrivant la scène:

 

Neuf des condamnés ont été à la mort avec fierté.
Quant au dixième, Julius Streicher, il a fallu le traîner de force à la potence.

 

Le Newsweek, du 28 octobre 1946, rubrique: Affaires Étrangères p.45, rapporte : Seul Julius Streicher s'en alla sans dignité. Il fallut le pousser sur le plancher, les yeux hagards et hurlant Heil Hitler. En montant les marches, il s'écria :

 

« Et maintenant, je vais à Dieu. »
Il regarda fixement les témoins qui étaient en face de la potence et cria Pourim 1946 !

 

Dieu a mis dans la bouche de STREICHER les évènements prophétiques du Livre d’Esther qui se réalisaient « la nuit du jugement ».

 

Et HITLER dans tout cela ?

 

Faisons un saut dans le temps : 1996 en Suisse.

 

La loi sur le secret bancaire en Suisse spécifie qu’après 50 ans de détention d’un compte « à numéro » il y a automatiquement levée dudit secret sauf si le détenteur des fonds ouvre un autre compte à numéro pour y transférer ses avoirs.

 

En 1996 des comptes à numéro sont donc arrivés à échéance sans que leurs détenteurs se fassent connaître ou ouvrent un autre compte à numéro.

 

Ces comptes appartenaient pour l’essentiel à des dignitaires nazis soit morts soit disparus dans la tourmente de la seconde guerre mondiale.

 

La presse Helvétique sans est fait l’écho révélant au passage que les droits d’auteur de Mein Kampf revenant à HITLER avaient été placés en Suisse sous un faux nom.

 

Cette information a été relayée par le Jewish Chronicle de Londres qui précise que le compte a été ouvert à l’UBS – Berne – au nom de Max AMMANN !!.

 

Cela ne nous rappelle pas quelqu’un ? Un personnage qui voulait la destruction d’Israël il y a près de 3 000 ans ?

 

La boucle est bouclée !.

 

Oui, la Bible est un livre inspiré où l’homme peut y puiser ce dont il a besoin pour aujourd’hui mais aussi demain, où il peut y trouver des réponses à ses questionnements.

 

Dieu est vivant et parle par sa Parole, Amen.

 

FacebookMySpaceTwitterGoogle BookmarksLinkedin