Le Manteau d’Elie. 2 Rois 2 : 1-9.

 

« Lorsque l'Eternel fit monter Elie au ciel dans un tourbillon, Elie partait de Guilgal avec Elisée.

 

2

 

Elie dit à Elisée : Reste ici, je te prie, car l'Eternel m'envoie jusqu'à Béthel. Elisée répondit : L'Eternel est vivant et ton âme est vivante ! je ne te quitterai point. Et ils descendirent à Béthel.

 

3

 

Les fils des prophètes qui étaient à Béthel sortirent vers Elisée, et lui dirent : Sais-tu que l'Eternel enlève aujourd'hui ton maître au-dessus de ta tête ? Et il répondit : Je le sais aussi; taisez-vous.

 

4

 

Elie lui dit : Elisée, reste ici, je te prie, car l'Eternel m'envoie à Jéricho. Il répondit : L'Eternel est vivant et ton âme est vivante ! je ne te quitterai point. Et ils arrivèrent à Jéricho.

 

5

 

Les fils des prophètes qui étaient à Jéricho s'approchèrent d'Elisée, et lui dirent : Sais-tu que l'Eternel enlève aujourd'hui ton maître au-dessus de ta tête ? Et il répondit : Je le sais aussi; taisez-vous.

 

6

 

Elie lui dit : Reste ici, je te prie, car l'Eternel m'envoie au Jourdain. Il répondit : L'Eternel est vivant et ton âme est vivante ! je ne te quitterai point. Et ils poursuivirent tous deux leur chemin.

 

7

 

Cinquante hommes d'entre les fils des prophètes arrivèrent et s'arrêtèrent à distance vis-à-vis, et eux deux s'arrêtèrent au bord du Jourdain.

 

8

 

Alors Elie prit son manteau, le roula, et en frappa les eaux, qui se partagèrent çà et là, et ils passèrent tous deux à sec ».

 

9

 

Guilgal = "action de rouler"

 

Ce fut l'un des principaux sanctuaires des Israélites du royaume d'Israël, ou royaume de Samarie, ce qui suscita la vive critique des partisans d'une centralisation du culte au temple de Jérusalem.

 

Que voyons-nous : Elie et Elisée viennent de quitter Guilgal

 

A travers la marche d’Elie nous allons voir notre propre marche avec Dieu.

 

Guilgal c’est aussi le premier site du camp Israélite à l'ouest du Jourdain, à l'est de Jéricho, où Samuel fut juge, où Saül fut couronné.

 

C’est aussi à Guilgal que tous les Israélites mâles nés dans le désert furent circoncis, après quoi l’Eternel déclara avoir ‘ roulé de dessus eux l’opprobre d’Égypte ’. En souvenir, on appela ce lieu “ Guilgal ”, nom signifiant “ Qui Roule, Qui Roule Loin de ”. (Jos 5:8, 9.)

 

Symboliquement, Guilgal = notre rencontre avec Dieu et la nouvelle naissance qui doit normalement y être rattachée (symbolique de la circoncision : on retranche du monde)

 

Mais alors pourquoi quitter ce lieu où il fait bon vivre ?.

 

Le Seigneur ne veut pas que nous fassions du sur-place, que nous nous enfermions dans notre confort spirituel.

 

Après la nouvelle naissance, il ya la marche en avant.

 

Elie part pour Bethel.

 

Béthel est lié dans la Bible au passage des patriarches Abraham et Jacob sur ce lieu : Abraham y construit un autel, tandis que Jacob s'y endort et rêve de l'échelle de Jacob, une échelle parcourue par des anges qui s'élève jusqu'au ciel.

 

L'Arche d'alliance y réside plus tard à l'époque des Juges d'Israël et Samuel y tient sa cour de justice.

 

Pour nous Bethel c’est le lieu de rencontre avec notre Dieu : la construction de l’autel c’est la consolidation de notre être spirituel (nous sommes le temple du Saint Esprit).

 

Notre « échelle de Jacob » c’est notre relation directe avec Dieu : il n’y a plus d’intermédiaires entre Dieu et les hommes.

 

Notre « Arche d’alliance » c’est la compréhension et la certitude que le sang de Christ nous ouvre le chemin des cieux. « Il n’y a plus de condamnation pour ceux qui sont en Jésus christ ».

 

Elie part pour Jéricho.

 

Jéricho est, selon le livre de Josué, la première ville du pays de Canaan conquise par Josué et les Hébreux en 1493 avant J.C.

 

Le livre de Josué relate la prise de Jéricho et comment, le septième jour après l'arrivée des Hébreux, les murailles de Jéricho s'effondrèrent par la volonté de Dieu après le défilé sept fois autour de la cité pendant sept jours, de l'Arche d'alliance et de sept prêtres sonnant sept chofars (trompettes).

 

Dans le Nouveau Testament, Jésus-Christ guérit deux aveugles aux portes de Jéricho (Matthieu, 20).

 

Quelle signification a Jéricho pour nous :

 

C’est d’abord notre capacité à écouter le Seigneur et mener le bon combat afin de faire tomber nos murailles qui nous tiennent captifs :

 

Susceptibilité – je me persuade d’avoir toujours raison et n’écoute plus précisément la voix de la raison, je prends pour un reproche, une intention mauvaise toute remarque, toute parole reçue alors même que si je prenais le temps de l’examiner à la lumière du Saint Esprit j’y trouverai sagesse et équilibre etc.-

 

Orgueil – je n’ai pas dit, je n’ai pas fait ou au contraire j’avais dit, j’avais fait me persuadant de la justesse et de l’absolue vérité de mes faits et gestes etc.-

 

Entêtement - je suis né comme cela et ce n’est pas maintenant que je vais changer, c’est moi qui ai raison, je veux bien que l’autre change mais moi !! etc.-

 

Colère – Mathieu 5 : 22 tout homme qui se met en colère contre son frère sera emmené devant le Juge. Et pour un Chrétien qui est le Juge ?-

 

Jalousie, médisance – je te dis cela mais ne le répète pas, alors pourquoi le dire ? Untel m’a dit ceci ou cela sur tel ou tel frère : «  qu’il ne sorte de votre bouche que des paroles bienveillantes » nous dit le Christ-

 

La liste est longue, chacun est à même de la compléter !

 

Mais après avoir identifié « les murailles qui nous tiennent captifs » si nous écoutons Dieu et ensembles – toujours cette notion de complémentarité- nous menons le bon combat de la foi, les murailles s’écrouleront et alors Jéricho deviendra la « ville des palmiers » où d'abondantes sources d'eau tiède et d'eau froide jaillissent et donnent lieu à la culture de citrons, d'oranges, de bananes, de plantes oléagineuses, de melons, de figues et de raisins.

 

Nous trouverons ou retrouverons la « vue et la vie spirituelle » le Seigneur nous guérissant de notre cécité morale et spirituelle comme les deux aveugles de Mathieu 20.

 

Elie part pour les rives du Jourdain

 

Quelle signification pour nous

 

Le Jourdain est mentionné plusieurs fois dans la Bible. C'était un lieu important pour les prophètes de l'Ancien Testament.

 

C'est l'une des limites de la Terre Promise.

 

Le Jourdain, en Hébreu « Nehar Ha Yarden » veut dire « la rivière du Jugement ».

 

Elie a terminé son périple terrestre, il arrive à la rivière du jugement, destinée de tout être humain.

 

C’est notre ultime rendez-vous terrestre : seul face à nous-mêmes et à Dieu.

 

Comment allons-nous traverser ce fleuve ?

 

« Elie ôta son manteau, le roula et en frappa l’eau du fleuve, l’eau s’écarta de part et d’autre et ils purent traverser à pied sec ».

 

Il ôta son manteau : Nu je suis venu, nu je repartirai.

 

Même âgé, empli de sagesse, symboliquement Elie se débarrasse de tout ce qui représente l’attachement à ce monde. Fini tous les mauvais désirs, les paroles blessantes, les querelles, les paroles vaines, le manque de compassion, l’orgueil rampant etc.

 

Elie est libre.

 

Il roule son manteau : il ne le remettra plus, symboliquement il ouvre les portes des cieux : Cf. l’ange qui « roule la pierre du tombeau vaincu ».

 

Il frappe l’eau du fleuve : il a acquis l’autorité suprême, celle qui vient du Très-Haut. Par ce geste il confond le « fleuve du jugement » car « il n’y a plus de condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ ».

 

L’eau s’écarta : qui peut résister à la Parole de Vie ?

 

« Et je vis, mais j'ai été mort, et voici, je suis vivant aux siècles des siècles, Amen! Et je tiens les clefs de l'enfer et de la mort ».

 

Soyons ou efforçons nous d’être tous des Elie en puissance en nous rappelant qu’Elie était un homme de la même nature que nous (Jacques 5 : 17) il a accueilli l’Esprit de vie et la laissé vivre tout simplement.

 

Alors le Dieu de la Vie gardera notre esprit, notre âme et notre corps en conformité avec sa Parole et alors « tout ce que vous demanderez en mon nom je vous l’accorderai afin que le Père soit glorifié dans le Fils ».

 

FacebookMySpaceTwitterGoogle BookmarksLinkedin