Issu du latin re-, et de compensare (« compenser, mettre en balance »).

 

En grec = Misthos : dû payé pour un travail → salaire, gages

 

C’est le bien que l’on fait à quelqu’un, en reconnaissance d’un service ou en faveur d'une bonne action.

 

En Droit : Indemnité ou remploi lorsqu’on fait des liquidations de communautés conjugales ou de successions.

 

Dieu désire nous récompenser aussi. La Bible parle de récompenses à au moins 38 endroits dans le Nouveau Testament seulement.

 

La récompense est donc la conséquence de l’obéissance d’un croyant dans l’exercice de son service. Dieu la lui décerne à la suite de son bon témoignage, de sa patience dans l’épreuve et de sa vive attente de la venue du Seigneur.

 

Bible Martin de 1774 :
« 
Ne perdez point cette fermeté que vous avez fait paraître, et qui sera bien récompensée ».

 

Contrairement à la bénédiction qui s’adresse à nous exclusivement durant notre passage sur la terre, les récompenses ne nous seront acquises qu’une fois notre « pèlerinage » terrestre achevé.

 

Hébreux 11.6 : « Or, sans la foi, il est impossible de lui plaire ; celui qui s’approche de Dieu doit croire qu’il existe et qu’il récompense ceux qui le cherchent. » Dieu nous récompensera si le cherchons quotidiennement.

 

Nous devons être conscients de cela et croire qu’il le fera.
Dans Matthieu 16.27, Jésus parle encore plus spécifiquement des récompenses : « Car le Fils de l’homme doit venir dans la gloire de son Père, avec ses anges ; et alors il rendra à chacun selon ses œuvres. »

 

On ne peut être plus précis ! Jésus va nous récompenser !
La différence est grande entre la doctrine du salut accessible aux perdus et la doctrine des récompenses pour les sauvés. Le salut est "le don de Dieu, ce n'est point par les oeuvres." (Éphésiens 2:8,9). Le salut est reçu par la foi en l'œuvre accomplie par le Seigneur Jésus-Christ. (Jean 3:36)
Ainsi, comment sommes-nous récompensés ?

 

C’est la qualité de nos efforts à connaître et à suivre Jésus qui déterminera notre récompense céleste. Cette dernière sera infiniment plus grande que n’importe quelle récompense terrestre. S’il est convenable de s’efforcer d’obtenir des récompenses terrestres, il est encore plus important de plaire à Dieu et de recevoir les récompenses célestes. Cela devrait toujours constituer notre première priorité.

 

Dieu récompense les actes d'altruisme réalisés en secret.

 

Matthieu 6.1 « Gardez-vous de pratiquer votre justice devant les hommes, pour en être vus ; autrement, vous n'aurez point de récompense auprès de votre Père qui est dans les cieux. »

 

Dieu nous récompense en abondance.

 

Matthieu 19.29 : « Et quiconque aura quitté, à cause de mon nom, ses frères, ou ses sœurs, ou son père, ou sa mère, ou sa femme, ou ses enfants, ou ses terres, ou ses maisons, recevra le centuple, et héritera la vie éternelle. »

 

Dieu nous donne notre récompense.

 

Apocalypse 22.12 : « Voici, je viens bientôt, et ma rétribution est avec moi, pour rendre à chacun selon ce qu'est son œuvre. »
Les récompenses seront en fonction des œuvres du croyant.

 

Matthieu 16:27 : «  Car le Fils de l'homme doit venir dans la gloire de son Père, avec ses anges; et alors il rendra à chacun selon ses œuvres ».

 

Que nous dit sur ce sujet 1Corinthiens 3:8-15

 

« Celui qui plante et celui qui arrose sont égaux, et chacun recevra sa propre récompense selon son propre travail. Car nous sommes ouvriers avec Dieu. Vous êtes le champ de Dieu, l'édifice de Dieu.

 

Selon la grâce de Dieu qui m'a été donnée, j'ai posé le fondement comme un sage architecte, et un autre bâtit dessus. Mais que chacun prenne garde à la manière dont il bâtit dessus. Car personne ne peut poser un autre fondement que celui qui a été posé, savoir Jésus Christ.

 

Or, si quelqu'un bâtit sur ce fondement avec de l'or, de l'argent, des pierres précieuses, du bois, du foin, du chaume, l'œuvre de chacun sera manifestée ; car le jour la fera connaître, parce qu'elle se révèlera dans le feu, et le feu éprouvera ce qu'est l'œuvre de chacun.

 

Si l'œuvre bâtie par quelqu'un sur le fondement subsiste, il recevra une récompense.

 

Si l'œuvre de quelqu'un est consumée, il perdra sa récompense ; pour lui, il sera sauvé, mais comme au travers du feu ».
Chacun recevra sa propre récompense selon son propre travail (v. 8)
Nous sommes ouvriers avec Dieu"  (v. 9), pas pour le salut mais pour les récompenses.
Le croyant doit bâtir sur le Seigneur Jésus-Christ, le seul fondement. (v. 11)
Le croyant a le choix entre deux sortes de matériaux de construction : "de l'or, de l'argent, des pierres précieuses," ceci est le type de construction éternelle ;

 

il peut aussi construire avec "du bois, du foin, du chaume"...

 

C'est le type de construction qui ne durera pas. (V. 12)
Le croyant qui bâtit sur Christ avec des matériaux éternels recevra une récompense, ceux qui bâtissent avec des matériaux temporels ne recevront pas de récompense. Ce genre de travail sera rendu nul au tribunal de Christ et le croyant connaîtra une perte, non pas la perte du salut mais celle d'une récompense éternelle. Certains croyants seront honteux à la venue de Christ (1 Jean 2:28), honteux de leurs œuvres de "bois, de foin et de chaume".

 

Récompense ou châtiment ?

 

Le mot récompense peut avoir aussi, dans l’Ecriture, une connotation négative ;  il s’agit alors d’infliger une peine méritée, un châtiment.

 

Un traître, par exemple, est « récompensé » de ses perfidies.
Les hommes iniques recevront la récompense (ou la rétribution) de leur égarement (Rom. 1 : 27). Pierre parle dans sa deuxième épître des injustes qui reçoivent la récompense (ou le salaire) de leur iniquité (2 : 13).
Ce terme, avec cette signification de rétribution du mal, se trouve dans de nombreux passages de l’Ancien Testament. Citons-en quelques-uns :

 

Dieu dit : « Je rendrai la vengeance à mes adversaires et je récompenserai ceux qui me haïssent (Deutéronome 32 : 41).

 

«Seulement tu contempleras de tes yeux,

 

et tu verras la récompense des méchants » Ps. 91 : 8

 

« Fuyez du milieu de Babylone, et sauvez chacun sa vie ! Ne soyez point détruits dans son iniquité, car c’est le temps de la vengeance de l’Eternel : il lui rend sa récompense Jér. 51 : 6
L’exemple de Moïse

 

Citons un exemple remarquable d’un désir de récompense, celui de Moïse. Rappelons le témoignage de la Parole à l’égard de cet homme de Dieu dans la « galerie de la foi » du chapitre 11 de l’épître aux Hébreux :

 

« Par la foi, Moïse… estima l’opprobre du Christ un plus grand trésor que les richesses de l’Egypte ; car il regardait à la récompense…»(v. 24, 26).
La foi extraordinaire des parents est d’abord rappelée : « Par la foi, Moïse, après sa naissance, fut caché trois mois par ses parents, parce qu’ils virent que l’enfant était beau, et ils ne craignirent pas l’ordonnance du roi » (v. 23). La réponse divine a dépassé certainement - et de beaucoup - ce qu’ils avaient espéré !  Sauvé des eaux, Moïse était à l’abri des fureurs du Pharaon ; recueilli par la fille du monarque, il va vivre dans son palais, lui le futur libérateur d’Israël ! 

 

Il sera longuement instruit dans toute la science des Egyptiens. 
La fille du Pharaon se proposait de reconnaître Moïse comme son fils (Ex. 2 : 9).

 

Il n’en sera rien ! Les soins fidèles de Jokébed – et, secrètement, ceux du Seigneur - ont produit leurs effets sur Moïse, bien que la foi soit strictement personnelle.

 

« Par la foi, Moïse, devenu grand, refusa d’être appelé fils de la fille du Pharaon, choisissant d’être dans l’affliction avec le peuple de Dieu, plutôt que de jouir pour un temps des délices du péché » (Hébreux 11 : 24-25). 

 

Dans ce choix capital, qui engage toute sa vie, Moïse a devant lui la seule vraie échelle divine des valeurs

 

Si Moïse avait accepté de devenir le fils de la fille du Pharaon, toutes les richesses de l’Egypte auraient été désormais à sa disposition. Mais il refuse et choisit plutôt l’opprobre du Christ.

 

Quels étaient donc les motifs cachés qui ont provoqué un tel refus chez Moïse ? Pourquoi est-il ainsi décidé à partager l’affliction du peuple de Dieu ? Il regardait à la récompense divine.

 

Avec le secours d’en Haut, il pouvait dédaigner toutes les faveurs que le monde, domaine de Satan, était disposé à lui accorder pour l’entraîner sur un chemin d’infidélité.

 

Le comportement de Moïse rappelle celui du Seigneur, de l’Homme parfait ici-bas. Le diable Lui offre beaucoup plus encore. Il se déclare prêt à Lui donner tous les royaumes du monde et leur gloire. Il te suffit, dit-il, d’accepter de se prosterner devant moi ! Jésus lui répond : « Va-t-en, Satan ! » (Matt. 4 : 8-10).

 

La conduite de Moïse était absolument insensée aux yeux du monde. Lâcher ainsi délibérément « la proie pour l’ombre » ! Comment accepte-t-il d’abandonner des réalités aussi « tangibles » et choisit-il de se joindre à ces pauvres esclaves méprisés et maltraités ?

 

Or l’Eternel approuve l’attitude de son serviteur et Il le montre en l’entourant de soins au moment le plus sombre de sa vie  - durant les 40 ans de son séjour forcé en Madian!
Une part excellente lui est réservée à la fin de sa course. Le repos l’attend après tant de labeurs. Il est enseveli par Dieu lui-même ! (Deutéronome 34 : 6).

 

Après tant de luttes au milieu d’un peuple au col roide, il pourra se tenir avec Daniel « dans son lot », à la fin des jours.
Quelques enseignements du Nouveau Testament
 

 

La récompense donnée par la Père qui voit dans le secret Matt.6 :6
Dans le sermon sur la montagne, Jésus dénonce l’hypocrisie de ceux qui cherchent à être vus des hommes et glorifiés par eux. Il dit : « En vérité, je vous le dis, ils ont déjà leur récompense ! » (Matt. 6 : 2, 5, 16).

 

C’est celle qu’ils désiraient, et ils l’ont obtenue ! Elle leur permet d’occuper une place

 

en vue, au milieu des autres. Mais c’est « pour la terre » seulement.

 

Le Seigneur se tourne ensuite directement vers le fidèle et l’exhorte : « Mais toi, quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ne sache pas ce que fait ta main droite, afin que ton aumône soit faite dans le secret ; et ton Père, qui voit dans le secret, te récompensera » 

 

Verset 3- 4 : Quel privilège ce sera de recevoir de Lui cette récompense, comme un fruit de la grâce ! Tout ce qui a été fait en secret, dans sa communion, ne perdra pas sa récompense.

 

Mais ce n’est pas la récompense qui est le mobile du croyant. C’est un encouragement à exercer une activité, souvent cachée, avec l’approbation de Dieu.

 

Marie, dans son amour ardent pour le Seigneur, Lui avait apporté une livre de nard pur. Elle a dû être la première surprise de la valeur attribuée par Jésus à son geste et la portée mondiale qu’Il a donnée à son offrande : « Elle a fait une bonne œuvre envers moi… cette femme, en répandant ce parfum sur mon corps, l’a fait en vue de ma mise au tombeau » Matt. 26 : 10-12.

 

Tout sera manifesté au jour de Christ et à sa gloire.

 

« Voici, je viens bientôt, et ma récompense est avec moi, pour rendre à chacun selon ce qu’est son œuvre » Apocalypse 22 : 12

 

La récompense sera à la mesure du service accompli, mais surtout des motifs de nos actes.

 

La récompense dans le service, le témoignage et l’épreuve
En son absence, le Maître nous a confié ses biens pour les faire valoir pour Lui. Il les a remis « à chacun, selon sa propre capacité » (Matt. 25 : 15). Il a établi des intendants fidèles et sages, chargés de donner, dans son Assemblée, la nourriture ; le Saint Esprit les aidera à discerner avec dépendance le « temps convenable » pour le faire. Jésus dit : « Bienheureux est cet esclave-là que son maître, lorsqu’il viendra, trouvera faisant ainsi. En vérité, je vous dis qu’il l’établira sur tous ses biens » (Matt. 24 : 45-47 ; Luc 12 : 43).

 

Chaque « esclave » - un terme à comprendre dans un sens large - qui aura servi fidèlement son maître « selon la chair » sur la terre, « de cœur, comme pour le Seigneur et non pour les hommes », recevra de Lui la récompense de l’héritage. La Parole confirme : « C’est le Seigneur Christ que vous servez » (Col. 3 : 21b-24

 

La fidélité doit se lire dans notre témoignage. Un croyant est souvent exposé à l’incompréhension à la calomnie, voire à la persécution ! Celle-ci se répand dans une grande partie du monde ; elle est toujours, hélas, d’actualité, mais elle aide à rendre un racheté «conforme» à Christ, son Sauveur.
Le Seigneur nous invite à nous souvenir de ce qu’Il a dit : « L’esclave n’est pas plus grand que son maître. S’ils m’ont persécuté, ils vous persécuteront aussi ; s’ils ont gardé ma parole, ils garderont aussi la vôtre » (Jean 15 : 20).

 

Or, les hommes ont sans répit persécuté le Seigneur ; ils ont, dans leur haine, cherché à le faire mourir (Jean 5 : 16). Dans son aveuglement, l’homme L’a accablé de mépris et L’a rejeté. Les croyants qui sont, comme Lui, persécutés savent qu’une grande récompense les attend dans les cieux (Matt. 5 : 11-12).

 

A celui qui est fidèle dans l’épreuve, une récompense particulière est promise. Il s’agit de la « couronne de vie » (Jacques 1-12 ; Apocalypse 2-10).
La récompense au tribunal de Christ (2 Cor. 5-10)
Le temps des récompenses va venir et Jésus a dit à ses disciples : « Quiconque aura donné à boire seulement un verre d’eau fraîche à l’un de ces petits, en qualité de disciple, en vérité, je vous le dis, il ne perdra pas sa récompense » (Matt. 10 : 42).

 

Toute la vie des croyants va être « manifestée » devant le tribunal de Christ, « afin que chacun reçoive selon les actions accomplies dans le corps ».

 

S’il résulte « du bien » de notre course ici-bas, nous recevrons une récompense. Si au contraire il y a eu du mal, au point même que tout notre ouvrage serait consumé, nous en éprouverons une perte (1 Cor. 3 : 15).   

 

L’apôtre Paul avertit les croyants en tous lieux : « Que personne ne se trompe lui-même : si quelqu’un parmi vous a l’air d’être sage dans ce siècle, qu’il devienne fou, afin de devenir sage ; car la sagesse de ce monde est folie devant Dieu » (1 Cor. 3 : 18-19). Les regards du croyant ne se fixent pas « sur ce qui se voit, mais sur ce qui ne se voit pas ; car les choses qui se voient sont temporaires, mais celles qui ne se voient pas sont éternelles » (2 Cor. 4 : 18).

 

Cet apôtre, comme chaque croyant avait un désir : recevoir une récompense au tribunal de Dieu. Il reconnaissait ne pas avoir encore reçu « le prix ». La récompense la plus précieuse sera pour le racheté d’entendre : « Bien, bon et fidèle esclave ; tu as été fidèle en ce qui est peu, je t’établirai sur beaucoup : entre dans la joie de ton Maître » (Matt. 25 : 21, 23).

 

Il pourra la partager avec Lui. La Parole parle aussi des diverses couronnes que chacun aura le privilège de jeter aux pieds du Seigneur (Apocalypse 4-10).

 

Paul s’efforçait donc « avec ardeur » de se saisir du prix. Il courait droit au but, animé du désir de le recevoir de la main du Seigneur (Philippiens 3 : 12-14).

 

Quelles sont les conditions d’obtention des récompenses ?

 

Ceux qui sont sauvés de leur vie de péché, et qui mènent une constante vie victorieuse sur le péché, les épreuves et les tentations :

 

Apocalypse 12:11 ; Matthieu 24:13 ; 2 Timothée 4:7 ; Apocalypse 2:10.

 

Pour cela Nous devons :

 

a) Nous revêtir de toutes les armes de Dieu et combattre le bon combat de la foi : Ephésiens 6:10-18 ; 1 Timothée 6:12-14 ; Hébreux 10:32,38.

 

b) Nous consacrer : Romains 12:1 ; 1 Corinthiens 15:58.

 

c) Persévérer jusqu’à la fin : 2 Timothée 2:3-5; Matthieu 24:13; 2 Timothée 4:5.

 

d) Etre soumis, humbles et devons résister au diable : Jacques 4:6,7 ; 1 Pierre 5:6.

 

e) Vivre selon la Parole de Dieu : Matthieu 4:4 ; Psaume 119:11,105 ; Jacques 1:22.

 

f) Etre patients : Jacques 1:3,4 ; Romains 5:3,4 ; Hébreux 10:36.

 

g) Etre en communion avec les saints de Dieu : Hébreux 10:25 ; 1 Jean 1:7.

 

Qu’est ce qui peut nous empêcher d’être fidèles jusqu’à la fin ?

 

a) La négligence : Matthieu 25:3-10

 

b) Le manque d’esprit de pardon : Matthieu 6:14,15 ; Marc 11:25,26

 

c) La malhonnêteté : Luc 19:8

 

d) Faillir dans ses obligations envers Dieu et envers l’homme : Malachie 3:8-10 ; Romains 13:1-8

 

e) Désobéir à la direction du Saint-Esprit ou de la Parole de Dieu : 1 Rois 13: 21-25; Genèse 19:17,26 ; Hébreux 12:25.

 

f) Le manque de prière : Matthieu 26:40,41 ; Luc 18:1.

 

De quelles natures seront les récompenses ?

 

La récompense des fidèles serviteurs : Les Vainqueurs.

 

Matthieu 25 :20, 21 ; Romains 8 : 18-23 ; Apocalypse 21 : 1-7 ; 22 :1-6.

 

"Celui qui vaincra héritera ces choses; je serai son Dieu, et il sera mon fils"(Apocalypse 21 :7

 

Plusieurs passages des Saintes Ecritures sont consacrés aux récompenses qui seront données aux Chrétiens vainqueurs.

 

* Ils seront présents au Festin de Noces de l’Agneau, décrit dans Apocalypse 19 :7-9. Jésus-Christ est l’Epoux, et c’est Lui qui servira les Saints (Luc 12 :37). Des récompenses y seront données pour les services faits avec fidélité.

 

* Ceux qui ont travaillé pour la gloire de Dieu entendront : "C'est bien, bon et fidèle serviteur; tu as été fidèle en peu de chose, je te confierai beaucoup; entre dans la joie de ton maître" (Matthieu 25 :21).

 

* Certains recevront le gouvernement de dix villes, et d’autres cinq (Luc 19 :12-19).

 

* Parmi les récompenses qui seront données aux vainqueurs seront le fait de "manger de l’arbre de vie", le fait d’être revêtu de "vêtements blancs" et de recevoir "l’étoile du matin".

 

* Jésus dit : "Je confesserai son nom devant mon Père et devant ses anges", et " Celui qui vaincra, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône, comme moi j'ai vaincu et me suis assis avec mon Père sur son trône"(Apocalypse 3 :5, 21).

 

* Quand Jésus et Ses saints reviendront sur terre, sur des chevaux blancs après le Festin de Noces de l’Agneau, il sera le Souverain du monde entier : "L'Eternel sera roi de toute la terre" (Zacharie 14 :9).

 

* Les armées qui descendront avec Jésus des Airs après le Festin de Noces de l’Agneau seront ceux qui forment l’Eglise glorifiée – ayant des corps glorifiés, tout comme Jésus l’avait après Sa résurrection.

 

* Ils gouverneront et régneront avec Lui pendant mille ans. Le Millénium sera une période de service à notre Seigneur, à qui nous devons tant en matière d’amour et de dévotion.

 

* Ils feront preuve de justice et jouirons pleinement des privilèges de ce temps glorieux.

 

* Les fidèles serviteurs, quand ils se tiendront devant le Trône de Dieu, "brilleront comme la splendeur du ciel" et "comme les étoiles, à toujours et à perpétuité" (Daniel 12 :3). Dieu les élèvera (Psaume 91 :14), avec le Fils de Dieu, sur les Trônes de gloire et d’autorité. Dieu les considérera comme ses précieux Bijoux et les fera jouir des gloires indescriptibles du Nouveau Ciel et de la Nouvelle Terre durant les âges incomptables de l’Eternité.

 

CONCLUSION

 

Qui est un vainqueur? C’est celui qui a la victoire. Il vit au-dessus du péché et a la victoire à travers le Sang de l’Agneau qui a ôté ses péchés et purifié son coeur, le rendant saint.

 

Il a la force de surmonter toute épreuve et toute difficulté. Il a aussi la sagesse de répondre à toutes les questions qu’on lui pose concernant la Parole Dieu. Il a quelque chose de différent dans son coeur, ce qui le rend toujours aimable malgré les provocations et l’amène à tenir ferme contre toutes tentations. Il mène une vie victorieuse et attend impatiemment le jour de sa rédemption, lorsque Jésus viendra à nouveau sur terre pour gouverner et régner.

 

Ils verront Sa face et contempleront l’éclat de Son visage. Pas même un regard de mécontentement ne parviendra aux vainqueurs de la part du Dieu infiniment pur et saint. Les vainqueurs auront une existence éternelle de bonheur et de joie incomparables. " Et j'entendis du trône une forte voix qui disait: Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes! Il habitera avec eux, et ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux. Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu" (Apocalypse 21:3,4).

 

 

 

FacebookMySpaceTwitterGoogle BookmarksLinkedin